Image - PMA sans père : un débat qui fracture la société selon un sondage

PMA sans père : un débat qui fracture la société selon un sondage


Tous nés d’un père et d’une mère

 

Paris, le 12 juin 2019

COMMUNIQUE DE PRESSE

Sondage exclusif Ifop/La Manif Pour Tous sur la filiation et la PMA sans père

 

PMA sans père : un débat qui fracture la société selon un sondage

 

Alors que le Premier Ministre, Edouard Philippe, doit présenter ce mercredi les grandes orientations et les priorités du gouvernement dans son discours de politique générale, une enquête Ifop souligne la fracture et le clivage fort au sein de la société sur la PMA.

 

Réalisé les 5 et 6 juin, ce sondage révèle que 82% des Français estiment que « le père et la mère ont des rôles différents et complémentaires pour l’éducation des enfants ». Une proportion similaire (83%) se déclare favorable à ce que « les enfants nés par PMA aient le droit d’avoir un père et une mère ». C’est aussi le cas pour les électeurs d’Emmanuel Macron (81%). « C’est le cœur du sujet qui nous préoccupe » précise Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. « Derrière une générosité apparente, la PMA sans père a une réalité que les Français refusent : priver volontairement, dès sa conception, un enfant de son père »poursuit-elle.

 

 

 

La PMA sans père et la GPA sont des sujets sensibles. Tout le monde sait combien il est délicat de les aborder. Les Français en sont bien conscients puisque seulement 12% d’entre eux estiment que ces débats permettent de rassembler les Français. Ils ne sont même que 7% chez les électeurs d’Emmanuel Macron. A l’heure où le calendrier parlementaire est bien rempli, les Français confirment que le moment n’est pas venu de parler de la PMA sans père. Quelle que soit leur sensibilité politique, seul un quart d’entre eux estiment qu’un débat serein est possible maintenant et la moitié des Français pensent qu’il faudrait attendre quelques années.

 

 

Enfin, 2 Français sur 3 (66%) pensent que dans le cas où le gouvernement présenterait un projet de loi sur la PMA sans père, « cela risque de susciter des manifestations d’opposition très importantes parce qu’on toucherait aux droits de l’enfant. »Cet avis est partagé par les trois quarts des électeurs de LREM (74%).

 

 

Les résultats de ce sondage ont été présentés le 11 juin à la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, par Ludovine de La Rochère, lors d’une réunion de travail sur la filiation des enfants nés de PMA.

 

RAPPORT COMPLET DU SONDAGE (PDF)