Image - Lu dans le Figaro “Mum, Dad & Kids, l’initiative citoyenne européenne sur la famille”

Lu dans le Figaro “Mum, Dad & Kids, l’initiative citoyenne européenne sur la famille”


Article de Stéphane Kovacks : à lire ici

Composé de représentants de sept pays européens, le comité Mum, Dad & Kids espère récolter un million de signatures, dans le but de faire adopter par l’Union européenne une définition du mariage et de la famille unique.

C’est en quelque sorte une «mesure préventive». Composé de représentants de sept pays européens, le comité Mum, Dad & Kids vient de lancer une initiative citoyenne. L’objectif? Faire adopter par l’Union européenne une définition du mariage et de la famille unique, «socle commun» à tous les Etats membres. «Le mariage est l’union durable d’un homme et d’une femme», aimeraient-ils faire apparaître dans la législation communautaire. En décembre dernier, la Commission européenne a validé cette initiative. Mais pour qu’il soit examiné, ce texte doit rassembler, avant avril 2017, au moins un million de signatures dans plus de sept pays différents.

«Les fondateurs de l’Union européenne avaient prévu que le principe de subsidiarité s’applique à tout ce qui concerne la famille: celle-ci est sous l’entière responsabilité des États membres, indique le comité Mum, Dad & Kids sur son site. Pourtant, depuis quelque temps, les textes européens évoquent de plus en plus souvent la famille. Certains textes vont même jusqu’à la définir… mais ces définitions diffèrent d’un texte à l’autre». Autre inquiétude: ces «nombreux rapports votés ces dernières années concernant la filiation: ils traitent, par exemple, des «droits procréatifs».» Finalement, «les textes européens deviennent impossibles à interpréter et à appliquer, constate Jean-Marie Andrès, président de la Confédération Nationale des Associations familiales catholiques (AFC), qui soutient l’initiative. Cela nous conduit à demander une mesure conservatoire: il ne s’agit pas d’imposer un modèle, mais de s’assurer que le droit de la famille reste du ressort des États membres».

«Le bateau peut prendre l’eau»

Également associés, la Manif pour tous, l’Agence européenne des adoptés, les Associations familiales protestantes, les Maires pour l’Enfance, ou encore le collectif Europe for Family… Présidente de l’Agence européenne des Adoptés, Anne-Claude Venot prend l’exemple d’un couple de lesbiennes italiennes qui aurait fait une PMA en Belgique. «Il y a des gens qui font des choses légales dans un pays puis reviennent dans leur pays d’origine pour tente d’imposer cet acte qui y est interdit, explique-t-elle. Or si nous voulons une Europe qui se développe, il faut qu’elle respecte les choix de chaque pays». Autre exemple qui montre, selon les organisateurs, que «le bateau peut prendre l’eau», celui d’un mariage gay franco-marocain, «que la France a imposé il y a quelques mois, en violation d’un traité bilatéral, au Maroc, qui ne reconnaît pas ces unions».

L’idée est donc de «redonner une cohérence à la législation européenne dans le domaine de la famille, souligne Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous. Cela ne changera rien pour les pays qui ont adopté le mariage homosexuel, ni d’ailleurs pour ceux qui ne l’ont pas fait. Cela ne fera que sécuriser le respect, par l’UE et par chaque État membre, des différentes législations nationales».

Article de Stéphane Kovacks : à lire ici

S'inscrire à notre newsletter