Image - Le Figaro – Théorie du genre et écriture inclusive ont pris le pouvoir au CNRS: le cri d’alarme d’un chercheur

Le Figaro – Théorie du genre et écriture inclusive ont pris le pouvoir au CNRS: le cri d’alarme d’un chercheur


FIGAROVOX/TRIBUNE – Chercheur en biotechnologie au CNRS, Marcel Kuntz juge que la théorie du genre tient désormais le haut du pavé au sein du prestigieux établissement. Or quand une théorie aussi fragile impose une «ligne officielle» qu’il est prudent de respecter si l’on veut la paix, il y a de quoi être inquiet pour l’esprit critique, souligne le scientifique.


Marcel Kuntz est biotechnologiste végétal et directeur de recherche au Laboratoire de physiologie cellulaire végétale du CNRS à Grenoble.


Le 26 octobre 2017, l’Académie française a adopté à l’unanimité une déclaration contre l’écriture dite «inclusive», qui explique que «la multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité» et que «la langue française se trouve désormais en péril mortel».

Une circulaire du Premier ministre avait aussi banni l’usage administratif de l’écriture inclusive, en tout cas de la «graphie» dénoncée par l’Académie française, en rappelant que «le masculin est une forme neutre qu’il convient d’utiliser pour les termes susceptibles de s’appliquer aussi bien aux femmes qu’aux hommes», tout en demandant de recourir à des formules telles que «le candidat ou la candidate» ce qui permettrait «de ne marquer de préférence de genre».

 

Lire la suite, sur le site du Figaro…