Image - Famille Chrétienne

« PMA sans père » : les opposants au projet de loi auditionnés au Sénat


Des représentants d’Alliance Vita, de la Confédération nationale des familles catholiques, de la Manif pour tous et des Poissons roses ont été reçus hier soir par la commission spéciale Bioéthique au Sénat.

 

« Merci beaucoup d’être plus accueillants que l’Assemblée nationale ! », a lancé hier soir en guise d’introduction Bertrand du Marais, représentant des Poissons roses, aux membres de la Commission spéciale Bioéthique du Sénat. Alors que celle-ci réalise ces jours-ci une longue série d’auditions, il était reçu au côté des autres principales associations combattant le projet de « PMA sans père » : Alliance Vita, Confédération nationale des associations familiales catholiques et Manif pour tous, toutes ont appelé les sénateurs à faire preuve de « courage » face à ce projet. Si cette « audition commune » n’a donné lieu à aucun véritable échange, les sénateurs n’ayant posé pratiquement aucune question, les différentes personnes auditionnées ont toutefois pu s’exprimer longuement les unes après les autres sans être interrompues, dans une atmosphère qui semblait plus respectueuse que lors de l’audition houleuse d’octobre dernier à l’Assemblée nationale.

Une « préoccupation majeure »

 

Première à intervenir, Caroline Roux, déléguée générale adjointe d’Alliance Vita, a déclaré que la suppression, prévue par le projet de loi, du critère de l’infertilité pour recourir à l’AMP constituait selon elle une « préoccupation majeure ». « Ce changement de paradigme conduit à des injustices et des reculs en cascade », a-t-elle averti, mentionnant l’augmentation du nombre d’AMP avec tiers donneur, la « privation totale » de père pour l’enfant dans le cas d’une AMP sollicitée par deux femmes et la « fausse promesse » de la congélation ovocytaire sans condition, qui conduirait à une « emprise médicale croissante » sur les femmes. Selon elle, la question urgente est celle de la politique de lutte contre l’infertilité. « La souffrance et le désir de certains ne peut être le seul critère de discernement quand il s’agit des intérêts

Lire la suite sur le site de Famille Chrétienne