Image - Le Figaro

PMA pour toutes: l’ampleur de la manifestation remobilise les opposants


REPORTAGE – Dimanche, le défilé à Paris a réuni 600.000 manifestants selon les organisateurs, 74.500 selon le cabinet indépendant Occurrence. De nouvelles dates sont d’ores et déjà annoncées.

 

Mariannes coiffées d’un bonnet phrygien, familles avec enfants en poussette, grands-parents, grappes d’étudiants… les opposants à la PMA pour toutes ont battu le pavé dimanche après-midi à Paris dans une ambiance proche de celle des premiers rassemblements de 2013 contre la loi Taubira. En fin de défilé, le compteur des organisateurs, sur les écrans géants, s’est arrêté sur le chiffre de 600.000 personnes, sous les acclamations de la foule. Un «pari gagné», selon les 21 associations organisatrices de l’événement. Le cabinet indépendant Occurrence, lui, a compté 74.500 personnes. La Préfecture de police a de son côté chiffré à 42.000 le nombre de manifestants.

Dans la soirée, ces chiffres ont entraîné un début de polémique. La Manif pour tous a jugé l’estimation donnée par les autorités «en contradiction avec les échanges opérationnels» avec la Préfecture de police. Elle a demandé un accès aux vidéos de la Préfecture sur l’ensemble des itinéraires de la manifestation. Pour rappel, la première manifestation contre la loi Taubira de novembre 2012 avait réuni 200.000 manifestants, selon les organisateurs, 70.000 selon la Préfecture de police.

«Cette manifestation, c’est un avertissement au gouvernement, s’est exclamée la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de La Rochère. Ouvrira-t-il le dialogue ou restera-t-il, comme Hollande en 2012, dans le mépris?»

Au départ du défilé, devant le jardin du Luxembourg, un choix impressionnant de pancartes et de drapeaux était proposé: «Un vrai daron, pas des échantillons», «La médecine? C’est pour soigner!», «Liberté. Égalité. Paternité». Nombre de participants avaient ressorti leurs anciens sweat-shirts bleu et rose de leurs placards, comme Nghia, un professeur d’histoire-géographie de 54 ans de Cognac, membre «des bataillons historiques» de la Manif pour tous. «Les combats que nous menons seront peut-être perdus. La GPA finira sans doute par arriver. Mais il faut se battre car il s’agit d’un choix de société majeur, d’un choix anthropologique face auquel nous ne pouvons rester silencieux», explique-t-il.

Lire la suite sur le site de Le Figaro