Image - Causeur

PMA : “On ne sait pas toujours ce qu’apporte un père, mais on sait ce que son absence provoque”


L’Académie nationale de médecine estime dans un rapport publié samedi que “la conception délibérée d’un enfant privé de père” n’est “pas sans risques”. Le médecin Jean-François Mattei, qui en est membre, s’explique sur Europe 1.

RÉACTIONAlors que débute mardi à l’Assemblée l’examen de la loi de Bioéthique, voilà un rapport qui ne manquera pas d’alimenter les débats sur l’une des mesures phares : l’extension de la PMA à toutes les femmes. L’Académie de médecine a en effet pris position samedi en émettant de sérieux doutes sur cette mesure. L’Académie estime ainsi que “la conception délibérée d’un enfant privé de père” n’est “pas sans risques”.

Ce qui est particulièrement pointé du doigt, ce sont les conséquences de l’absence d’un père sur le développement psychologique de l’enfant, comme l’explique au micro d’Europe 1 Jean-François Mattei, membre de l’Académie et ancien ministre de la Santé. “On ne sait pas toujours ce qu’apporte un père. Mais on sait ce que son absence provoque : un trouble psychologique, un manque au moment de l’épanouissement”, estime le médecin spécialiste en pédiatrie et en génétique médicale.

Lire la suite sur le site de Causeur