Image - Le Monde

Loi sur la bioéthique : le Sénat vote la PMA pour toutes mais limite son remboursement


Dans le texte adopté, seul le critère médical d’infertilité permet d’accéder au remboursement par la Sécurité sociale. C’est l’Assemblée nationale qui aura le dernier mot sur le texte.

 

Un nouveau cap a été franchi, mercredi 22 janvier, avec l’adoption en première lecture, au Sénat, de l’article premier du projet de loi de bioéthique prévoyant d’ouvrir à toutes les femmes l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA). Sur 321 votants et 276 exprimés, 160 sénateurs ont voté pour, 116 contre.

 

Chez les sénateurs Les Républicains (LR), majoritaires au Sénat, 87 sur 144 ont voté contre l’extension, 22 pour, 23 se sont abstenus et 12 n’ont pas pris part au vote. Au sein du groupe socialiste et républicain, 66 ont voté en faveur de l’article, 2 contre, et 3 se sont abstenus. Plus surprenant, dans le groupe La République en marche, 5 sénateurs sur 24 se sont prononcés contre la mesure, souvent présentée comme la principale réforme sociétale d’Emmanuel Macron.

Davantage que l’Assemblée nationale, qui a adopté le 15 octobre en première lecture le projet de loi de bioéthique, le Sénat est donc apparu divisé, y compris au sein de la droite. Sans surprise, le camp des anti-PMA pour toutes a été incarné par Bruno Retailleau, chef de file des Républicains et adversaire notoire de la mesure, qui a opposé « deux logiques à l’œuvre » – la première ayant ses faveurs : celle de la « dignité » face à « la liberté personnelle », de la « fraternité des cœurs » contre « la marchandisation des corps ».

Lire la suite sur le site de Le Monde