Image - Le Figaro

«Le projet de loi bioéthique semble nier l’importance de la filiation masculine»


INTERVIEW – Martine Segalen, proche des féministes de gauche opposées à la GPA, redoute que le texte entraîne la légalisation de celle-ci.

LE FIGARO. – Pensez-vous que la «PMA pour toutes» puisse mener à l’autorisation de la gestation pour autrui (GPA)?

Martine SEGALEN. – C’est le principal danger de ce texte, même s’il s’agit de techniques et de pratiques sociales très différentes. La GPA fait du corps de la femme et de l’enfant des objets produits dans une société où la procréation est devenue un marché. Les couples d’hommes et les couples hétérosexuels dans lesquels la femme est infertile vont utiliser cette loi pour demander l’accès à la GPA au nom de l’égalité. Ceux qui ont déjà recours à cette pratique à l’étranger expliquent dans tous les médias que la France les brime car elle n’accorde pas d’état civil à leurs enfants. Mais, peu à peu, cette barrière est en train d’être rongée par des décisions de justice sur la filiation de ces enfants.

Lire la suite sur le site de Le Figaro