Image - Le Figaro

«La loi bioéthique, ou le pouvoir sans limites de l’adulte sur la procréation»


FIGAROVOX/TRIBUNE – La loi bioéthique, définitivement adoptée, consacre de fait un «droit à l’enfant» en supprimant les garde-fous qui subsistaient, argumente Blanche Streb de l’association Alliance VITA.

Blanche Streb est docteur en pharmacie. Après avoir travaillé douze ans en recherche et développement dans l’industrie pharmaceutique, elle est aujourd’hui directrice de la formation et de la recherche pour Alliance VITA. Elle a publié Bébés sur mesure, le monde des meilleurs (Artège, 2018).

A 3h35 du matin, ce 1er août 2020, à l’Assemblée nationale, 60 députés s’applaudissent. Ils viennent d’adopter définitivement le projet de loi bioéthique. Un texte aux enjeux vertigineux, contre lequel les 37 députés contre et les 4 abstentions n’auront pu faire barrage.

Renié, l’esprit qui a animé le besoin d’encadrer les possibilités techniques qu’apportent les progrès scientifiques. À terre, les grands principes fondamentaux de protection (de la personne humaine et du corps humain) qui ont bâti notre droit de la bioéthique. Les tenants de cette déconstruction ont tordu le bon sens et le droit pour autoriser chimères homme-animal, instrumentalisation accrue de l’embryon humain, PMA et autoconservation des ovocytes sans raison médicale, banques de gamètes à but lucratif… Un cavalier législatif a même modifié l’encadrement de l’Interruption médicalisée de grossesse (IMG), en ajoutant le critère de détresse psychosociale pour l’autoriser jusqu’au terme de la grossesse, même si le bébé est en parfaite santé.

On est comme sonné devant le champ de ruines que laisse la tornade progressiste sur lequel flotte le drapeau de la mesure qui aura toujours servi à dissimuler toutes les autres: la PMA pour toutes.

Lire la suite sur le site de Le Figaro