Image - Figaro Vox

Jean-Pierre Le Goff: «La filiation n’est pas à la discrétion du gouvernement»


GRAND ENTRETIEN – Le projet de loi sur la bioéthique, qui autorise la PMA pour les couples de femmes et les femmes célibataires, sera débattu la semaine prochaine dans l’hémicycle du Palais Bourbon. Figure importante de la vie intellectuelle française, Jean-Pierre Le Goff réfute le caractère d’évidence que revêt la réforme aux yeux de ses partisans. Le philosophe et sociologue* s’inquiète de voir toutes les objections balayées au nom du principe d’égalité.

LE FIGARO. – Comment le projet de loi sur la bioéthique, qui comporte l’autorisation de la PMA pour les couples de femmes et les femmes célibataires, est-il perçu dans l’espace public?

Jean-Pierre LE GOFF. –Le risque est que cette loi apparaisse comme une réforme parmi d’autres, voire secondaire dans la mesure où elle ne concerne qu’une minorité de personnes si on la compare aux réformes de l’assurance-chômage et des retraites. Les lois dites sociétales peuvent se trouver intégrées et diluées dans une rhétorique du changement et du nouveau monde qui mélange les genres en les plaçant tous sous le signe de la modernisation et du progrès.

Face à toute tentative de banalisation, il faut le rappeler: la loi qui permet la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes n’est pas une réforme adaptative comme les autres, dans la mesure où elle met directement en jeu une conception de la condition humaine, de la procréation et de la …

Lire la suite sur le site de Figaro Vox