Image - La Croix

De la Manif Pour Tous à José Bové, inquiétudes sur le projet de loi de bioéthique


Un collectif d’associations, dont la Manif pour tous, appelle à manifester dimanche 19 janvier contre la loi de bioéthique. Dans une démarche distincte, plusieurs personnalités de gauche, dont José Bové et Dominique Bourg, s’inquiètent du « désastre » que représente à leurs yeux le projet d’autoriser les modifications génétiques des embryons.

Hasard du calendrier, c’est le même jour que deux collectifs, a priori très éloignés, ont choisi d’exprimer leurs inquiétudes. Un collectif d’associations, principalement composé par La Manif pour Tous, Alliance Vita et les Associations familiales catholiques d’une part, et plusieurs personnalités écologistes d’autre part, ont fait savoir mercredi 15 janvier les réticences provoquées par le projet de révision des lois de bioéthique. Le tout à quelques jours de l’examen du texte par les sénateurs.

Les premiers ont lancé, depuis un café parisien, un appel à manifester le dimanche 19 janvier à Paris contre le projet de révision des lois de bioéthique. « Ce projet de loi ne mérite plus d’être appelé bioéthique », estime Caroline Roux, déléguée générale adjointe d’Alliance Vita.

Mobilisées contre l’extension de la PMA depuis plusieurs mois, les associations, rassemblées au sein d’un collectif baptisé « Marchons enfants », ont dénoncé « la dérive marchande de la procréation », ainsi que la « mise à mal » de la filiation. « Avec ce projet, nous sommes face à une bioéthique liquide dont les valeurs sont instables et changent tous les ans », a jugé Bertrand-Lionel Marie, vice-président des Associations familiales catholiques.

Le collectif réclame toujours « le retrait » du projet de loi et « l’ouverture d’un vrai dialogue » avec l’exécutif. « Depuis quelques semaines, nous n’avons plus aucun contact (ni avec l’Élysée ni avec aucun cabinet ministériel) », a déploré la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère. Qui a annoncé la présence de « plusieurs élus » lors de la manifestation du 19 janvier, sans pour autant citer de nom.

Lire la suite sur le site de La Croix