Image - France Info

“C’est clairement un business” : au salon “Désir d’enfant”, la frontière entre client et patient est parfois mince


Ce salon propose des conférences et des stands offrant une solution aux couples hétérosexuels, homosexuels ou aux femmes seules qui souhaitent avoir un enfant mais qui ne peuvent pas. Mais forcément, ces méthodes ont un prix.

Comment faire un enfant quand le processus naturel n’est pas possible ? Le salon “Désir d’enfant” à Paris tente de répondre à ces questions. Il se termine dimanche 6 septembre dans le 17e arrondissement. Dans ce salon, les stands se distinguent par leur nationalité. Espagne d’un côté, Canada de l’autre, et derrière les pupitres des représentants de cliniques étrangères qui proposent des solutions encore illégales en France comme la gestation pour autrui (GPA) par exemple.

Valentine, âgée de 42 ans est venue seule prendre des renseignements : “À la suite de pas mal de galères amoureuses, je me trouve à plus de 40 ans à vouloir fonder une famille sans avoir trouvé le papa. Du coup, je suis ici pour m’aider dans ma réflexion, rencontrer des personnes qui sont issues du don. Ils sont très empathiques mais clairement, c’est un business.”

Lire la suite sur le site de France Info