Image - Pour la première fois, un sommet de l’ONU exclut des participants de droit, instaurant un huis-clos sur des questions sensibles

Pour la première fois, un sommet de l’ONU exclut des participants de droit, instaurant un huis-clos sur des questions sensibles


Tous nés d’un père et d’une mère

Paris, le 14 novembre 2019

COMMUNIQUE DE PRESSE

Pour la première fois, un sommet de l’ONU exclu des participants de droit, instaurant un huis-clos sur des questions sensibles : santé, reproduction et égalité des droits

Le sommet de Nairobi organisé par le Fonds des Nations Unies pour la Population, actuellement en cours, a exclu sans motif 35 ONG ayant un statut consultatif, dont La Manif Pour Tous, qui annonce saisir le Quai d’Orsay pour garantir le respect de la démocratie.

Du 12 au 14 novembre 2019, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et les gouvernements kenyans et danois organisent à Nairobi un sommet de haut niveau. Cette rencontre internationale marque le 25e anniversaire de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement du Caire de 1994. 179 gouvernements y avaient adopté un programme d’action sur la santé en matière de reproduction des femmes et d’égalité des sexes comme des vecteurs de développement durable. Ce programme d’action a été complété par les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies pour 2030 qui placent la santé universelle en matière de sexualité et de reproduction au cœur de ses objectifs.

Inventorier les évolutions en la matière, faire progresser la mise en œuvre du Programme d’action du Caire et accélérer les avancées : tels sont les objectifs du sommet de Nairobi, dans une conférence censée officiellement représenter « toutes les nations, toutes les personnes et tous les segments de notre société ».

Tous ? … à l’exception, en réalité, de toutes les ONG en désaccord avec des « avancées » promues par certains en matière de droits sexuels et reproductifs.

Organisme consultatif depuis 2016, La Manif Pour Tous était une invitée de droit à cette conférence dont l’accès lui a été refusé, sans aucune explication. Même constat pour 35 ONG comptées par Family Watch International, dont plusieurs associations kenyanes et certains membres du parlement du Kenya.
« In contrast, conveners of the Nairobi Summit have blocked attendance by conservative organizations and excluded countries and stakeholders that disagree with their agenda from offering input on the substance and planning of the conference » (The Wall Street Journal, November 14, 2019)

Conformément à son statut, La Manif Pour Tous intervient régulièrement lors de sommets de l’ONU et auprès de ses différents organes pour défendre le droit des femmes et leur santé reproductive, en dénonçant notamment le développement d’un nouvel asservissement de la femme sous la forme de l’exploitation reproductive : la maternité de substitution. Ce que l’on appelle également la GPA (Gestation Pour Autrui) est en effet clairement contraire à la dignité de la femme et à la maîtrise de sa liberté sexuelle et procréative.

Lutter contre la maternité de substitution est essentiel pour atteindre une véritable égalité des sexes et un monde plus sûr pour les femmes du monde entier. En effet, comme ne le cesse de le répéter La Manif Pour Tous, la dignité des femmes et des enfants n’a pas de frontières.

Prétendre fixer un nouveau calendrier d’actions mondiales pour le droit des femmes tout en privant un certain nombre d’ONG de leur droit légitime à participer au débat est contraire à la démocratie et aux principes d’universalité des Nations Unies.

La Manif Pour Tous s’étonne de ces procédés, dénonce un manque total de transparence de la part de l’UNFPA et des organisateurs et souligne qu’en ces circonstances, le texte issu de ce sommet ne saurait être considéré comme légitime. La Manif Pour Tous rappelle que la conférence du Caire avait su intégrer tous les points de vue même les plus divergents, pour protéger le droit des femmes.

L’exclusion évidente opérée par l’UNFPA faisant peser sur les sommets des mois prochains un risque de suspicion sur des textes élaborés sur la base d’un huis-clos non-représentatif, La Manif Pour Tous confirme son intention de saisir le Quai d’Orsay. L’objectif est de faire la lumière sur les conditions d’organisation du Sommet de Nairobi, et de s’assurer que la France veillera à ce que les règles démocratiques continuent de régir le fonctionnement des institutions onusiennes, comme c’est habituellement le cas.

Contact presse : Tel : +33 (0)7 67 30 49 89 – e.boubers@lamanifpourtous.fr

www.lamanifpourtous.fr – twitter.com/LaManifPourTous – facebook.com/LaManifPourTous

Pour la première fois, un sommet de l’ONU exclu des participants de droit, instaurant un huis-clos sur des questions sensibles : santé, reproduction et égalité des droits