Image - Non à l’achat et à la vente d’enfants à Paris
Logo de La Manif Pour Tous

Tous nés d'un père et d'une mère

Paris, le 22 juillet 2021

Communiqué de presse

Non à l’achat et à la vente d’enfants à Paris

La Manif Pour Tous appelle le Gouvernement à interdire la promotion et le démarchage de GPA lors du salon Désir d’Enfant les 4 et 5 septembre à Paris.

Déjà fortement décrié l’an dernier, le salon « Désir d’Enfant » annonce une nouvelle édition les 4 et 5 septembre 2021 à Paris. Les 5 et 6 septembre 2020, des commerciaux d’agences de GPA, de cliniques de procréation, de banques de sperme, accompagnés d’avocats et autres intermédiaires, avaient investi l’espace Champerret pour venir prospecter la clientèle française en vue de juteux contrats de location de femmes et de fabrication d’enfants sur commande. La réalité de cette marchandisation humaine en plein Paris avait été constatée par de nombreux médias, venus voir sur place. Mais face au laisser-faire du Gouvernement sur cet incroyable scandale, les commerciaux annoncent d’ores et déjà leur retour. La Manif Pour Tous a alerté le Gouvernement pour qu’il agisse et fasse respecter ce qu’il appelle « une ligne rouge », c’est-à-dire l’interdiction de la GPA.

Août 2020 : La Manif Pour Tous et d’autres associations alertent plusieurs ministres et saisissent la justice sur l’organisation d’un salon de la marchandisation humaine en plein Paris. Réponses des premiers : ce n’est pas moi le responsable, c’est un autre. Réponse de la seconde : rien ne prouve qu’il y a marchandisation humaine.
De fait, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. C’est ainsi que ni le site internet et son programme détaillé du salon, ni les propositions commerciales mises en avant, ni le marketing sur les réseaux sociaux et sur place n’avaient été examinés, alors qu’ils constituaient des preuves évidentes de la finalité commerciale du salon.

Octobre 2020 et juin 2021 : plusieurs parlementaires alertent leurs collègues, ainsi qu’Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, et Adrien Taquet, ministre de la Protection de l’Enfance (le ministre de la Santé étant continuellement absent), lors des débats sur le projet de loi bioéthique de ce qui s’est passé à l’espace Champerret en septembre 2020 et de ce qui s’annonce pour septembre 2021.

Et pourtant, à ce jour, le marketing du salon Désir d’Enfant se déroule comme si de rien n’était, les ministres trouvant visiblement acceptable que des femmes soient louées, que des enfants soient commandés et que le commerce international des gamètes prospère.

Certes, les organisateurs du salon Désir d’Enfant n’ont de cesse de déclarer sur leur site internet qu’il n’y aura pas de consultation médicale ni de transaction commerciale sur place, mais les plaquettes publicitaires des agences, cliniques et intermédiaires ayant participé en 2020, et annoncés pour 2021, sont explicites : les « tarifs » des « prestations » et « services » proposés à la « clientèle » pour ses « projets bébé » parsèment l’ensemble des documents, tout comme les cartes de visite présentent les représentants comme « commercial », « responsable de clientèle », etc.

Aux prospects venus poser des questions sur les stands, des mails commerciaux ont été envoyés dans les heures qui ont suivi le salon 2020, poursuivant le client potentiel en vue de la signature d’un contrat de GPA, de la sélection des fournisseurs de gamètes et de la mère porteuse, d’achats de gamètes ou d’embryons, de screening génétique ou encore de « choix du sexe » du bébé pour des montants variables suivant le prestataire et le pays.

À l’instar de n’importe quel salon commercial, le marketing très professionnel du salon Désir d’Enfant ne laisse rien au hasard, des couleurs douces de la petite enfance de tous les supports publicitaires au « pack bébé garanti » en passant par les tarifs des d’ovocytes » et à la « sécurité qualité » du bébé. Quant aux conditions de règlement : devis, acompte, financement, échéancier, etc., tout est dûment prévu et précisé.

Grille tarifaire distribuée par une agence de GPA dans le cadre du salon Désir d’Enfant 2020

Contact presse : +33 (0)7 67 30 49 89 – presse@lamanifpourtous.fr

www.lamanifpourtous.fr
Facebook - Twitter - Instagram - YouTube

S'inscrire à notre newsletter