Image - Communiqué de presse – La Manif Pour Tous acteur de la mobilisation unitaire « Marchons enfants »  du dimanche 6 octobre contre la filiation-fiction, la PMA sans père et la GPA

Communiqué de presse – La Manif Pour Tous acteur de la mobilisation unitaire « Marchons enfants » du dimanche 6 octobre contre la filiation-fiction, la PMA sans père et la GPA


Tous nés d’un père et d’une mère

 

Paris, le 19 juillet 2019

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Manif Pour Tous acteur de
la mobilisation unitaire « Marchons enfants »
du dimanche 6 octobre contre la filiation-fiction,
la PMA sans père et la GPA

 

« Une seule solution : la manifestation ! » Le « nouveau monde » d’Emmanuel Macron n’aura pas fait long feu pour remettre ce vieux slogan au goût du jour. Refusant toute forme de dialogue et restant sourd, pour ne pas dire méprisant, au dissensus clair qui s’exprime dans la société à propos de la PMA sans père et de la GPA, l’exécutif a décidé de passer en force en présentant ce matin un projet de loi en conseil des ministres. « Il ne s’agit pas d’un projet de loi de bioéthique mais d’un projet de loi de société » a souligné Albéric Dumont, Vice-président de La Manif Pour Tous, lors d’une conférence de presse unitaire rassemblant une vingtaine d’associations qui appellent toutes à une grande de journée de mobilisation nationale à Paris le dimanche 6 octobre prochain.

 

Une immense majorité de Français opposés au projet de loi

La Manif Pour Tous dénonce le mépris du Président de la République et de sa majorité qui n’ont pas daigné prendre connaissance des conclusions des Etats généraux de la bioéthique, piétinant ainsi les engagements du candidat Emmanuel Macron en 2017. Ce dernier s’était seulement déclaré favorable « à titre personnel » à une évolution des conditions d’accès à la PMA à la condition expresse que « le débat [soit] favorable ». Or le Président du CCNE (Comité Consultatif National d’Ethique) a souligné lui-même l’absence de consensus sur cette question à l’issue des Etats généraux de la bioéthique*, lesquels ont même montré le soutien massif des participants à un statu quo sur l’encadrement de la PMA. Pour La Manif Pour Tous, il est injuste de vouloir autoriser la fabrication d’enfants volontairement privés de père. C’est ce que pense aussi une immense majorité de Français puisque selon une enquête IFOP de juin 2019, 83% des Français estiment que les enfants nés par PMA ont le droit d’avoir un père et une mère. C’est le cœur du sujet. « Parler de création de droit pour être plus séduisant en occultant délibérément les conséquences pour les enfants est un procédé odieux et révoltant : on ne triche pas avec la démocratie ! » s’indigne Albéric Dumont.

 

L’humain n’a pas de prix !

Le projet de loi « de société » contient de nombreuses menaces pour l’avenir de la famille et de la société. L’autoconservation des ovocytes n’est ni plus ni moins qu’une soumission au capitalisme ultra-libéral qui ne juge la dignité d’une personne qu’à sa valeur économique. « Dis-moi combien tu vaux, je te dirai qui tu es… et aussi quand tu auras le droit d’avoir un enfant » : est-ce ce monde-là que nous voulons pour demain ? Est-ce une vision exclusivement mercantile de l’humain que nous voulons transmettre à nos enfants et petits-enfants ? Jusqu’où allons-nous aller dans la déshumanisation ? « Tout ce qui fragilise le tissu familial fragilise toute la société. La famille est la base humaine de toute société : premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérable, elle est à juste titre plébiscitée par les Français, en particulier en période de crise » rappelle Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. Le projet de loi « de société » n’échappera pas au débat sur la GPA. Le droit à l’enfant par la PMA sans père aura du mal à résister à la voie de la GPA.

 

Un projet de loi politicien

« Le gouvernement aurait pu choisir de rassembler. Il a fait le choix inverse. Il a fait le choix de ne pas écarter d’emblée la question de la procréation médicale assistée, dont il est manifeste qu’elle conduira, un jour, pas demain, mais un jour prochain, à la gestation pour autrui. Il a fait le choix de produire, au moment où s’engageait le débat sur le mariage, une circulaire qui, sans légaliser la gestation pour autrui, indique clairement à ceux qui souhaitent s’engager dans cette pratique proscrite en France que les enfants qui en seront issus pourront se voir accorder la nationalité française, reconnaissant ainsi implicitement mais nécessairement un lien de filiation avec le père. Le gouvernement a choisi de cliver par calcul politique. Pour se donner, à peu de frais, l’impression de rejouer de vraies réformes de fond : l’abolition de la peine de mort sous Mitterrand ou la légalisation de l’IVG sous Giscard d’Estaing. Nous déplorons ce désir du clivage. » Ces mots d’Edouard Philippe dans une tribune co-signée avec Nathalie Kosciusko-Morizet en 2013 (source), n’ont pas pris une ride. Mais son auteur a lui aussi quitté le « nouveau monde » pour faire le choix déraisonnable de la politique de la girouette. La France mérite mieux. Aussi, quel crédit accorder au Premier Ministre et à tous les membres de sa majorité qui jurent aujourd’hui, la main sur le cœur dans un décorum de série B, que jamais, au grand jamais, la GPA ne sera légalisée en France.

 

Pour l’abolition universelle de la GPA

La GPA est une pratique indigne et intolérable. Cet asservissement de la femme est une nouvelle forme d’esclavage. La marchandisation de l’enfant, réduit à l’état d’objet, est une honte. Envisager, comme le veulent des députés LREM, de transcrire systématiquement à l’état civil français les actes de naissance des enfants nés d’une GPA à l’étranger, c’est légaliser de fait la GPA en l’autorisant à l’étranger. C’est encourager un business sordide. L’ambition de la France, patrie des Droits de l’Homme, c’est de dire non à toutes formes de GPA, non seulement en France mais partout dans le monde. « La dignité des femmes et des enfants n’a pas de frontière. Ce qui est intolérable en France l’est aussi aux quatre coins du monde. Nous devons avoir pour ambition collective l’abolition universelle de la GPA » précise Ludovine de La Rochère.

 

Toute ces revendications au service de l’humain, de la famille et des droits de l’enfant seront au cœur de la manifestation du dimanche 6 octobre à Paris : « Marchons enfants ! » La Manif Pour Tous sera acteur de cette journée de mobilisation nationale et unitaire et ses équipes sont d’ores et déjà au travail.

 

 

* « Il n’y a pas de consensus sur la procréation médicalement assistée », Pr. Delfraissy, Le Monde, 5 juin 2018.


Contact presse : l.preault@lamanifpourtous.fr  – Tel : +33 (0)6 62 14 24 41

www.lamanifpourtous.fr  –  twitter.com/LaManifPourTous  –  facebook.com/LaManifPourTous