Image - La jeunesse en première ligne contre le projet de loi bioéthique
Logo de La Manif Pour Tous

Tous nés d'un père et d'une mère

Paris, le 31 janvier 2021

Communiqué de presse

La jeunesse en première ligne contre le projet de loi bioéthique

60 manifestations pacifiques, populaires et déterminées étaient organisées ce week-end partout en France contre la PMA sans père et la GPA. Les rassemblements ont réuni des dizaines de milliers de manifestants à travers la France, avec en première ligne la jeunesse. Objectif : mettre la pression sur les sénateurs pour les appeler à réécrire le projet de loi bioéthique de fond en comble et supprimer l’article 1er qui autorise la PMA sans père. Pour eux, « rien n’est joué ! Tout est possible !»

Malgré un contexte sanitaire qui entraine une vie démocratique confinée et dégradée, les opposants au projet de loi bioéthique ont battu le pavé ce week-end partout en France, notamment à Paris, Versailles, Lyon, Dijon, Lille, Bordeaux, Angers et Strasbourg. Emmenés par une jeunesse mobilisée pour préparer son avenir, les cortèges dénonçaient la PMA sans père, la GPA, la légalisation des chimères (embryons animal-homme), les embryons transgéniques… Les manifestant se sont indignés de l’examen du texte au Sénat la semaine prochaine alors que l’Exécutif et le Parlement devraient être entièrement mobilisés pour faire face à la crise.

« Olivier Véran est débordé par la crise, incapable de la maîtriser. Mais idéologue radical, il poursuit sur ses idée fixes : la PMA sans motif médical, la GPA qu’il veut faciliter et autres revendications plus scandaleuses les unes que les autres. Avec indécence, cynisme et hypocrisie, Olivier Véran prend sur son temps pour faire avancer des projets qui n’ont rien à voir ni avec la santé, ni avec la solidarité ! » a dénoncé Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

Après un hommage solennel et émouvant au personnel soignant rendu par les manifestants rassemblés à Paris devant le Ministère de la Santé, Albéric Dumont, Vice-Président de La Manif Pour Tous a mis en garde les sénateurs : « Une nouvelle fois, la jeunesse est au rendez-vous de l’Histoire pour dénoncer haut et fort les basses manœuvres du Président de la République et de son gouvernement. Nous sommes aussi là pour interpeler les sénateurs. Oui, Mesdames et Messieurs les sénateurs, nous serons attentifs et vigilants sur votre attitude, sur votre présence dans l’hémicycle, sur votre engagement à défendre des amendements, sur vos votes, et en particulier sur l’article 1er que nous vous demandons de supprimer purement et simplement. Quel que soit votre groupe, nous allons suivre au plus près les débats parlementaires. Soyez à la hauteur de votre fonction et de votre mission. Et comptez sus nous pour en tirer tous les enseignements pour l’avenir. Et vous savez que les échéances électorales vont se multiplier dans les prochains mois. »

Ce week-end de mobilisation nationale contre le projet de loi bioéthique a malheureusement été marqué par une tentative d’entrave politique avec l’arrêté pris vendredi soir tard par le Préfet de la Sarthe pour interdire la manifestation prévue au Mans. Cet arrêté a été annulé par le tribunal administratif de Nantes suite à une action en justice menée en urgence par La Manif Pour Tous. Il appartenait à l’autorité investie du pouvoir de police de permettre l’exercice du droit constitutionnel de manifester. Il est regrettable et inquiétant d’avoir eu à saisir une juridiction administrative pour que cette liberté fondamentale soit respect.

Gonflés à bloc et déterminés à obtenir des sénateurs la suppression de l’article 1er et la réécriture du projet de loi « ni bio, ni éthique », La Manif Pour Tous et le mouvement associatif unitaire « Marchons Enfants » annoncent de nouvelles actions de contestations face aux graves conséquences des mesures contenues dans le projet de loi et donnent rendez-vous au Sénat dès mardi.

 


Contact presse : +33 (0)7 67 30 49 89 – presse@lamanifpourtous.fr

www.lamanifpourtous.fr
Facebook - Twitter - Instagram - YouTube

S'inscrire à notre newsletter