Image - Communiqué de presse : GPA (mères porteuses) : l’exploitation des femmes en marche

Communiqué de presse : GPA (mères porteuses) : l’exploitation des femmes en marche


Tous nés d’un père et d’une mère

 

Paris, le 10 septembre 2019

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

GPA (mères porteuses) : l’exploitation des femmes en marche

Selon une information France Info, le gouvernement dit oui à la GPA (si elle est réalisée à l’étranger).

 Tous les défenseurs du droit des femmes, tous ceux qui s’opposent à la GPA et s’inquiètent de ses conséquences sont appelés à faire entendre leur voix en rejoignant la manifestation unitaire Marchons Enfants ! le 6 octobre à Paris.

Les masques tomberaient-ils ?

Malgré des promesses, la main sur le cœur, pour jurer que jamais la GPA ne serait légalisée en France, le gouvernement se préparerait à faire l’inverse. Selon une information de France Info, une circulaire devrait prochainement permettre la transcription automatique à l’état civil des enfants nés d’une GPA à l’étranger. Concrètement, la GPA serait donc autorisée pour les Français, à la simple condition qu’elle soit réalisée à l’étranger. Cette position serait donc l’acceptation pure et simple d’une pratique d’exploitation du corps des femmes et de marchandisation des enfants et de l’humain. « Contrairement au gouvernement, pour nous la dignité des femmes et des enfants n’a pas de frontière » souligne Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif pour Tous. Ce qui est inacceptable pour les femmes françaises l’est pour toutes les femmes. Mais ce principe ne serait pas soutenu par le gouvernement qui s’accommoderait de voir émerger des femmes de seconde zone dont l’exploitation serait parfaitement légale.

Les droits des femmes piétinés

Alors que l’examen du projet de loi bioéthique démarre ce mardi en commission à l’Assemblée nationale, cette annonce fait l’effet d’une bombe : c’est une véritable provocation alors même que le gouvernement ne cesse d’appeler à « un débat serein ». Après la mention ubuesque de « 2 mères » sur l’acte de naissance dans le cadre d’une PMA sans père, le gouvernement tomberait dans la surenchère avec la notion de parents d’intention. C’est en s’appuyant sur ce concept qu’il aurait la volonté de transcrire automatiquement à l’état civil français les commanditaires d’une GPA réalisée à l’étranger. « Loin de s’opposer à la GPA, le gouvernement entendrait donc favoriser son développement. Ce serait un appel clair et net à ceux qui souhaiteraient faire une GPA : « allez-y. Nous régulariserons tout ça après la naissance ». « Quelle hypocrisie ! Quelle duplicité et quelle soumission aux pressions du marché et du business de la fabrication d’enfants » s’indigne Ludovine de La Rochère qui appelle à un sursaut de tous les humanistes. L’humain n’est pas à vendre. La vocation de la France, patrie des droits de l’Homme, est de s’opposer de toutes ses forces à l’exploitation et à l’asservissement des femmes et de se mobiliser contre la marchandisation des enfants.

« Le projet du gouvernement en faveur de la GPA doit être stoppé. Il en va de notre conception même de l’humanité. S’il acceptait le principe même de la GPA, le gouvernement préparerait alors sa légalisation en France. Comment interdire en France ce qu’il reconnaît à l’étranger ? La réalité est cruelle : le gouvernement céderait aux pressions financières des agences de GPA. Mais il n’est pas trop tard. Un sursaut historique est encore possible pour faire marche arrière et s’engager résolument en faveur de l’abolition universelle de la GPA. C’est le seul moyen de mettre un terme à cette folie de la marchandisation des enfants et de l’exploitation honteuse des femmes. Pour cela, tous dans la rue le dimanche 6 octobre à Paris » déclare Albéric Dumont, Vice-président de La Manif Pour Tous.

 

Contact presse : Tel : +33 (0)7 67 30 49 89  – e.boubers@lamanifpourtous.fr

www.lamanifpourtous.fr   –  twitter.com/LaManifPourTous  –  facebook.com/LaManifPourTous