Image - Contre le projet de loi bioéthique, la mobilisation s’ancre dans les territoires

Communiqué de presse

 

Paris, le 1er décembre 2019

 

Contre le projet de loi bioéthique,
la mobilisation s’ancre dans les territoires

 

Au moins 573 piquets de mobilisation organisés ce week-end partout en France.

 

Des stands à proximité des gares, aéroports, centres commerciaux, sur les ronds-points, les marchés et au cœur des villes et villages, la mobilisation contre le projet de loi bioéthique a pris une nouvelle forme ce week-end. Elle devrait prendre fin ce dimanche en fin d’après-midi. A l’appel des associations rassemblées sous le label « Marchons Enfants ! », des piquets de mobilisation ont permis de dialoguer avec les Français. Au programme : distribution de tracts autour d’un vin chaud, signature d’une pétition adressée à Emmanuel Macron, échanges sur les mesures phares que sont la PMA sans père, la révolution de la filiation, la dérégulation complète de recherche sur l’embryon et l’évolution insidieuse vers la GPA… Les opposants au projet de loi bioéthique ont fait le pari du local, alors que le texte est actuellement étudié par la commission spéciale du Sénat, également appelée « Chambre des territoires ». L’objectif est d’encourager les parlementaires à réécrire en profondeur le texte voté en 1ère lecture à l’Assemblée nationale.

 

Ces piquets de mobilisation ont également permis aux organisateurs de prendre le pouls de la population. Sans surprise, les Français se disent d’une manière générale favorables à l’ouverture d’un nouveau droit. Mais, lorsqu’on va un peu plus loin, ils se disent nettement opposés à la PMA sans père. Pour eux, il faut garantir les mêmes droits à tous les enfants, y compris ceux qui naissent par PMA, et notamment le droit de ne pas être volontairement privés de père pour toute la vie. Les échanges sur l’ensemble du territoire tout au long de ces deux jours de mobilisation ont montré aussi que le détournement de la médecine et de la sécurité sociale ne passe pas auprès des Français. Pas plus que l’idée d’inscrire sur un acte de naissance qu’un enfant a deux mères, sans distinguer celle qui accouche.

 

Tous ces arguments seront au cœur des auditions organisées la semaine prochaine par la commission spéciale du Sénat. Plusieurs associations de « Marchons Enfants ! » seront auditionnées mardi 3 décembre. Après ce week-end de mobilisation, l’heure est désormais au temps et à l’action politique avant la grande manifestation nationale qui aura lieu le dimanche 19 janvier 2020 à Paris. Cette manifestation s’annonce d’ores et déjà très importante. Elle interviendra deux jours avant le début de l’examen du projet de loi en séance publique au Sénat. Les Français seront invités à faire entendre leur voix en vue d’obtenir le retrait du texte. Alors que le gouvernement espère une adoption du texte à l’été 2020, le combat ne fait manifestement que commencer. Et la mobilisation monte en puissance.

 

 

Contact presse : presse@marchonsenfants.fr