Image - Bioéthique : pari perdu pour Emmanuel Macron
Logo de La Manif Pour Tous

Tous nés d'un père et d'une mère

Paris, le 15 juin 2021

Communiqué de presse

Bioéthique : pari perdu pour Emmanuel Macron

Rejet du projet de loi « bioéthique » en commission spéciale au Sénat – Le Président s’était engagé à ne pas passer en force et se faisait fort de construire un consensus. Il n’en n’est rien. Signe de la fracture profonde sur ce texte, la Commission spéciale du Sénat a refusé de l’examiner et l’a rejeté.

Arrêter de perdre son temps face à un gouvernement et une majorité présidentielle butés et opposés à tout débat de fond, c’est ce qui a poussé les sénateurs de la Commission spéciale à rejeter le projet de loi bioéthique et ses nombreuses mesures clivantes : PMA sans père, autoconservation des gamètes sans motif médical, filiation fictive, gestation pour autrui, chimères animal-homme, embryons transgéniques…

Après la 3e lecture à l’Assemblée nationale début juin, les sénateurs ont vu revenir un texte presque identique à celui présenté en conseil des ministres en… juillet 2019 ! Deux années de travail parlementaire réduites à néant, sans compter le refus de prendre en compte la voix de la société civile à travers les conclusions des Etats-généraux de la bioéthique 2018. Faire croire à un débat sera toujours une manœuvre grossière qui conduit à affaiblir la démocratie et nos institutions. C’est un jeu dangereux.

« Jusque là, à chaque révision de la loi de bioéthique, le Parlement avait un débat démocratique, avec une majorité et une opposition qui se rapprochaient autant que possible, et la France était réputée pour le sérieux de sa réflexion bioéthique dite même « à la française ». Le passage en force d’Emmanuel Macron est une première dans ce domaine hautement sensible. En refusant de prendre en considération les améliorations proposées au fil du débat par les parlementaires, le gouvernement s’est enfermé dans un déni de la réalité, refusant de voir l’opposition à ce texte injuste et inégalitaire qui va notamment priver volontairement des enfants de père, brouiller en profondeur la filiation et ouvrir la marchandisation humaine » dénonce la Présidente, Ludovine de La Rochère.

La Manif Pour Tous reste mobilisée contre ce texte et ses mesures choquantes qui n’en feront jamais une loi d’amour malgré les refrains répétés par la majorité. Le projet de loi doit maintenant être examiné en séance publique au Sénat le 24 juin prochain où une question préalable sera débattue avant un probable rejet du texte. C’est un signal politique très fort qui est envoyé par les sénateurs pour dénoncer les manœuvres de l’Exécutif. Une fois de plus, ce sont les plus vulnérables, les enfants, mais aussi les hommes et les femmes, qui vont être victimes de cette obstination idéologique.


Contact presse : +33 (0)7 67 30 49 89 – presse@lamanifpourtous.fr

www.lamanifpourtous.fr
Facebook - Twitter - Instagram - YouTube

S'inscrire à notre newsletter