Image - L’emission Carrément Brunet du 18 avril sur RMC évoque les veilleurs

L’emission Carrément Brunet du 18 avril sur RMC évoque les veilleurs


RMC, Carrément Brunet 18 avril 2016. “Nuit Debout est-il un mouvement intolérant, radical et violent ?”

Pour Eric Brunet, en chahutant Alain Finkielkraut samedi, le mouvement Nuit debout a montré son vrai visage: intolérant, radical et violent. Résultats: 66% des auditeurs sont carrément d’accord. Invités: – Julien Bayou, porte-parole national d’EELV, co-fondateur Génération-Précaire, Jeudi-Noir, Sauvons les riches… et conseiller régional Île de France. – Valérie Boyer, député Les Républicains de Marseille et maire des 11ème et 12ème art et vice-Présidente des Républicains à l’Assemblée nationale. – Etre Carrément Brunet ou ne pas être ! Eric Brunet prend parti avec ses invités et ose l’engagement, sur RMC la radio d’opinion.

“Nuit debout, imaginons que ce soit l’extrême droite qui tienne la place de la République… Imaginez le tableau !

Souvenons nous, il y a 3 ans : les Veilleurs. Eux aussi se sont interrogés sur les maux d’une civilisation en quête de repères. La bienveillance du gouvernement envers les nuits debout convoque le souvenir de l’impitoyable répression qui avait été menée à l’époque par les CRS. Les images des veilleurs assis ou debout place Vendôme, place Dauphine, aux Invalides, à la Concorde, à la Sorbonne, place de la République et probablement un peu partout en France. Les uns lisaient des textes de Victor Hugo, les autres récitaient des paragraphes de l’Homme Révolté de Camus… C’était en 2013. Je m’y étais rendu : aucune dégradation, pas de violence… Ce jour là, en avril sous mes yeux 67 veilleurs ont été arrêté par plusieurs compagnie de CRS. Dans les semaines qui avaient suivi les veilleurs été chassé de partout. Des centaines d’arrestations ont eu lieu. (…) 3 ans après le défenseur des droits, Jacques Toubon, saisit par plusieurs avocats estime enfin que la répression des veilleurs étaient disproportionnée  au regard du risque quasi-inexistant de troubles.

3 ans plus tard, les nuits debout ne voient pas de CRS ! Ils ne sont pas soumis à aucun contrôle d’identité. Et ils fument tranquillement leur joins. A croire d’ailleurs que le pouvoir de gauche considère que les lectures des veilleurs étaient plus subversives que les crachats contre Alain Finkielkraut”

S'inscrire à notre newsletter