Image - Le Figaro : Enfants et pornographie : l'alerte des gynécologues

Le Figaro : Enfants et pornographie : l'alerte des gynécologues


Des médecins mettent en garde contre les effets ravageurs de l’exposition des plus jeunes aux films pour adultes.

 

Alors que l’exposition des plus jeunes à la pornographie est devenue un phénomène massif, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a lancé vendredi un «coup de gueule» et un «appel solennel» aux pouvoirs publics pour mieux protéger les enfants et les adolescents. Ces dernières années, des études ont commencé à mesurer l’ampleur du phénomène. Ainsi, un jeune de 14 à 24 ans sur cinq (21 %) dit regarder de la pornographie au moins une fois par semaine, dont 15 % des 14-17 ans, selon une enquête Ipsos réalisée pour le Fonds actions addictions et les fondations pour l’innovation politique et Gabriel-Péri. Le psychiatre Serge Hefez, qui s’est joint à cet appel, juge pour sa part ces chiffres sous-estimés. «La plupart des adolescents ont vu des images porno avant l’âge de 14 ans», estime-t-il. La moitié des 15-17 ans déclaraient par ailleurs être déjà tombés par hasard sur ces images, dévoilait un sondage Ifop de 2017 pour l’Observatoire de la parentalité & de l’éducation numérique (Open).
Les gynécologues, eux, constatent les effets ravageurs de cette exposition précoce sur le terrain. «Je vois désormais des filles de 15 ans qui posent des questions sur l’éjaculation faciale. Le porno a créé de nouvelles normes sexuelles», alerte le Pr Israël Nisand, président du Collège. «En consultation, des adolescentes s’inquiètent de ne pas avoir d’orgasme, sous-entendu comme on en voit dans les films porno. Les garçons, eux, pensent par exemple qu’ils n’ont pas assez de sperme ou s’inquiètent de la taille de leur sexe. (…)  Lire la suite ici

Source : 
Agnès Leclair
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/06/15/01016-20180615ARTFIG00333-enfants-et-pornographie-l-alerte-des-gynecologues.php