Chronique – Etude et analyse de la participation des Français aux Etats généraux de la bioéthique (2/7)

Ces jours-ci nous vous proposons de découvrir l’étude et l’analyse du site participatif des Etats généraux de la bioéthique, car il est une mine d’or. Aussi, La Manif Pour Tous y est descendue, et a passé au tamis les contributions des Français. L’ampleur, mais aussi la cohérence des réponses et la diversité des arguments, donnent une grande fiabilité et un intérêt exceptionnel aux résultats de cette consultation en ligne.

En effet, le président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) avait appelé les Français à participer aux états généraux de la bioéthique, notamment sur le site officiel de la consultation, sur France Inter, Europe 1, RTL et au cours de deux conférences de presse largement relayées par les médias (AFP, quotidiens nationaux, TF1, etc.).

Compte-tenu de l’importance fondamentale des enjeux pour les générations à venir, le fait de consulter ainsi les Français était en effet très pertinent.

Or l’ampleur de la participation, c’est-à-dire les centaines de milliers de votes et les dizaines de milliers d’arguments postés, apporte une connaissance sans équivalent de l’opinion publique française sur ces enjeux.

 

Regardons les propositions du CCNE, dans l’ordre d’apparition pour l’internaute :

  • La PMA pour les femmes seules et les couples de femmes, et son remboursement
  • La GPA pour raisons médicales, pour les hommes
  • Les gamètes (la levée de l’anonymat, la rémunération, l’incitation au don)
  • L’égalité, l’autonomie des femmes
  • La non-marchandisation du corps humain
  • L’enfant (droit à connaître son origine, protection et devenir, études)
  • Faciliter l’accueil d’embryons
  • L’autoconservation ovocytaires « de précaution »

Nous ne reprendrons ci-dessous que l’analyse des résultats concernant les deux premières propositions sur la PMA et la GPA.

 

Résultats et analyses sur l’évolution de la PMA

Les propositions du CCNE nettement plus discutées que les autres

  • Les deux premières propositions, faites par le CCNE, sont celles qui ont suscité le plus d’arguments et de votes « pour » ou « contre » la PMA sans père alors qu’il s’agissait d’un constat. Les résultats correspondent à ceux de la question « pour » ou « contre » la PMA sans père posée plus directement (elle se situe plus loin sur le site et réitérée plusieurs fois) : la plus votée obtient 69,59% d’arguments « contre » avec 81,35% des soutiens, et 78,66% d’arguments « contre » avec 88,11% des soutiens pour la 2e.

 

Des arguments massivement contre l’évolution de la PMA, quelle que soit la forme des questions

  • A toutes les propositions en faveur de l’évolution de la PMA, 66 à 90% environ argumentent « contre » (avec 1 exception à 55%) et 69 à 90% soutiennent ces arguments « contre » (exemples : « Ouvrir l’AMP aux femmes seules et aux couples de femmes » ; « PMA pour toutes » ; Sortir la PMA du cadre strictement médical de lutte contre l’infertilité » ; « PMA : un projet de parentalité »)
  • A toutes les propositions défavorables à l’évolution de la PMA, 80% environ argumentent « pour » ou soutiennent ces arguments « pour » (exemples : « Maintien de l’interdiction de la PMA ; de la GPA » ; « La PMA doit rester un acte médical de traitement contre l’infertilité » ; « La PMA pour toutes n’a plus grand chose de médical ni d’éthique »)

 

Prise en charge de la PMA pour les femmes sans partenaire masculin : un consensus « contre »

  • En ce qui concerne le remboursement de la PMA pour les femmes seules ou en couple avec une autre femme, l’opposition est également massive : elle s’exprime en particulier avec la question « Définir les conditions de remboursement des techniques d’AMP» qui obtient 81,02% d’arguments « contre » et 92,75% des soutiens.

 

Rôle du père, projet de « parentalité » : des résultats plus mitigés

  • Sur les sujets autour de la PMA, les divergences sont plus complexes : sur le rôle (en fait l’importance) du père, 80% argumentent « pour » et 90,98% soutiennent ces arguments « pour », mais sur l’interdiction de la PMA, 50% seulement sont « pour » avec 90,98% des soutiens cependant. Les répondants ne sont donc pas opposés à la PMA, mais à la PMA sans père.
  • Sur la proposition « PMA, un projet de parentalité », la proportion de mitigés est cette fois-ci la première : 79,57% d’arguments mitigés et 69,86% de soutiens à ces arguments. Les « contre » sont cependant nettement plus nombreux : 16,13% d’arguments « contre », 24,66% de soutiens aux « contre » versus 4,30% d’arguments « pour » et 5,48% de soutiens aux « pour ».

 

Résultats et analyses sur l’évolution de la GPA

Des propositions du CCNE dont l’ambiguïté suscite des débats

  • Les cinq premières propositions, de loin, en nombre d’arguments, de votes et de soutiens sont celles du CCNE.
  • La encore, les constats ont été largement utilisés par les participants pour exprimer leur position, mais certains ont simplement exprimé leurs difficultés à répondre, s’agissant d’un constat. Ces derniers ont donc été reventilés en « mitigés » lors e l’analyse.

 

Une opposition massive à la GPA

Dans l’ordre des propositions :

  • Il en ressort que plus de 9 participants sur 10 sont favorables au principe de « non-marchandisation du corps humain ».
  • Plus de 9 participants sur 10 sont opposés à la gestation pour autrui pour les hommes seuls ou en couples d’hommes, c’est-à-dire « hors indication thérapeutique ».

 

Refus massif de la GPA dite « éthique » :

  • Plus de 9 participants sur 10 sont également opposés à la gestation pour autrui pour raison médicale, même « dans un contexte éthique ».
  • 8 à 9 participants sur 10 se déclarent aussi opposés à la « GPA éthique » : pour eux, par son principe même, la GPA ne peut être éthique.

 

Lire toutes les chroniques