Chronique – Pour Marc-Olivier Fogiel, c’est clair : PMA-GPA, même combat !

Alors que le débat fait rage sur la PMA, les droits de l’enfant et la filiation, Marc-Olivier Fogiel a sorti la semaine dernière un livre intitulé « Qu’est-ce qu’elle a ma famille ? » aux éditions Grasset. Il y raconte son parcours pour obtenir, avec son conjoint, les deux enfants dont ils rêvaient : ce sont finalement deux petites filles, nées d’une mère porteuse aux Etats-Unis.

Evidemment nanti de sa célébrité et d’un carnet d’adresses exceptionnel, le célèbre animateur s’en sert sans vergogne pour utiliser les médias comme tribunes : il pleure lui-même et fait pleurer dans les chaumières sur son désir d’enfant et son bonheur d’y être parvenu malgré les difficultés. Eh oui, c’est une pratique illégale, faut-il le rappeler !

Fustigeant au passage – sans faire dans la dentelle, c’est peu de le dire – ceux qui défendent la dignité de la femme et le statut de l’enfant – qui devrait empêcher de faire de lui l’objet d’une transaction commerciale –, Marc-Olivier Fogiel prétend en outre, avec aplomb, ne pas faire la promotion de la GPA.

Si ce n’est pas pour se justifier de l’injustifiable et pour tenter de rendre acceptable la location de femmes vulnérables, alors pourquoi a-t-il publié son histoire, lui qui, il y a peu encore, attaquait en justice tous ceux qui osaient évoquer son recours à une mère porteuse ?

Décidément, pathos et déraison caractérisent systématiquement tous ceux qui considèrent que l’enfant est un droit et que nul désir ne saurait connaître de limites.

La Manif Pour Tous, qu’il avait d’ailleurs interpelée juste avant la sortie de son livre, avait répondu en lui proposant un rendez-vous pour débattre. Curieusement, il n’a pas répondu et même bloqué le mouvement sur son compte Twitter. Est-ce à dire qu’il n’aurait pas les arguments suffisants pour faire croire qu’une telle pratique est acceptable des points de vue humain et éthique ?

Cependant, on peut au moins reconnaître à Marc-Olivier Fogiel d’avoir l’honnêteté d’afficher publiquement le lien entre PMA et GPA. Ce lundi 8 octobre, à l’antenne, il a même confondu les deux, en parlant de la PMA en lieu et place de la GPA.

De fait, continuer à tenter de faire croire que la PMA sans père n’entraînerait pas la GPA ne tient plus la route : nul n’est dupe !

 

Lire toutes les chroniques…