Chronique : « De l’esclavage en Libye et de la GPA dans le monde »

La chaîne de télévision américaine CNN a diffusé il y a quelques jours un reportage montrant des migrants africains vendus aux enchères en Libye. Ces images ignobles ont à juste titre suscité une indignation mondiale. Mais pourquoi cette vente infâme d’hommes a-t-elle provoqué un tel tollé et l’ouverture d’une enquête internationale tandis que la location et le trafic de femmes et d’enfants dans le cadre de la gestation par autrui (GPA) sont encore tolérés ?

Quelles qu’en soient les apparences – souvent trompeuses en ce qui concerne la GPA, notamment aux Etats-Unis –, le principe de ces actes est en effet le même. L’esclavage est d’ailleurs défini par les conventions internationales comme « l’état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou de certains d’entre eux » : cela concerne, malheureusement, les migrants africains comme les femmes et les enfants dans le cadre de la GPA.

En ce qui concerne cette pratique, la place de marché est mondiale : elle s’appelle internet. Les femmes y sont présentées sur des sites avec leurs photos, leurs caractéristiques physiques, ethniques, psychiques, intellectuelles, sociales, médicales, familiales, etc. Les agences intermédiaires ne reculant devant rien, tout est mis à disposition des clients, tout est dévoilé sur la place publique. Ces femmes ne s’appartiennent plus. Comme en Libye, elles sont réduites à l’état de moyens, d’outils de production, de choses. De même pour leurs enfants, qui font l’objet de contrat et de transactions financières. Il arrive même, comme en Inde, que les mères soient payées en fonction du poids du bébé à la naissance !

En Libye, des ONG alertaient depuis des mois. En Asie, en Afrique, en Europe de l’Est, des associations ont également filmé à visage découvert ou clandestinement des « fermes » de GPA. C’est-à-dire des lieux où des mères porteuses sont enfermées, « volontairement » ou non, le temps de la grossesse. Ainsi, en Thaïlande, un reportage a entraîné l’interdiction de la GPA pour les étrangers. Et comme l’atteste le documentaire réalisé par La Manif Pour Tous – « GPA, avec les meilleures intentions » -, l’encadrement ne saurait suffire.

Comme l’a souligné Emmanuel Macron, « ce qui a été révélé » par CNN « relève bien de la traite des êtres humains. C’est un crime contre l’Humanité ». Et il a confirmé que la France prenait « l’initiative au Conseil de sécurité » de l’ONU d’une demande de réunion sur ce sujet. Nous nous en félicitons.

Mais nous aimerions nous féliciter aussi de ce que le chef de l’Etat tienne sa promesse de lutter contre la GPA, pratique à laquelle il s’est déclaré opposé lors de son entretien télévisé du 15 octobre dernier : « je suis très sensible au respect de la filiation, à la vraie conception de la famille, c’est aussi pour cela que je suis contre la gestation pour autrui ».

En réaction à la situation en Libye, deux intellectuels originaires du Sénégal et du Cameroun ont publié une tribune dans Le Monde appelant à lutter contre l’esclavage : « Nous le savions, mais refusions pleinement d’ouvrir les yeux et de prendre la mesure de ce qui se jouait. Les échos des traitements indignes infligés aux hommes et femmes noirs en Libye nous parviennent depuis un certain temps, mais étouffés par une accoutumance au chaos, à la violence aveugle, à ses expressions multiples… »

Ces mots, nous pouvons les reprendre à notre compte pour décrire la situation de la GPA : tout le monde le sait, mais c’est la politique de l’autruche qui prévaut, ou l’hypocrisie la plus cynique au motif que les mères porteuses seraient volontaires. Oui, comme l’ONU le souligne, les victimes d’exploitation se croient et disent souvent volontaires. Elles n’en sont pas moins des victimes, et c’est aux Etats et à la société de les protéger.

Comme pour toute forme d’esclavagisme, plus nous attendons, plus le trafic se développe, plus il sera difficile de le faire disparaître.

Stop à l’exploitation et au trafic d’êtres humains, sous toutes ses formes, y compris sous l’apparence altruiste de la GPA !

Sabinius

RETROUVEZ TOUTES LES CHRONIQUES ICI