Le Figaro – Professeur Munnich : « La PMA pour des raisons sociétales me choque »

INTERVIEW – Le généticien, qui exerce à l’hôpital Necker à Paris, met également en garde contre le business des tests génétiques et dénonce les illusions de la médecine prédictive.


À l’heure de la clôture des états généraux de la bioéthique, le Pr Arnold Munnich, pédiatre et généticien, s’élève contre le recours aux tests génétiques «pour tous» et estime que la procréation médicalement assistée (PMA) devrait rester réservée aux cas d’infertilité médicale. Chef du département de génétique médicale de l’hôpital Necker-Enfants malades, il a également cofondé l’institut Imagine et fut conseiller santé de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2012.

LE FIGARO. – Les tests génétiques sont un des thèmes importants de la prochaine révision de la loi de bioéthique. Quels sont les enjeux?

Pr Arnold MUNNICH. – Il faut se souvenir qu’il y a quelques années, il n’y avait pratiquement pas de tests génétiques disponibles dans les hôpitaux. Depuis la dernière loi de bioéthique de 2011, avec les progrès spectaculaires du séquençage génétique à haut débit, ces tests génétiques qui étaient une prouesse sont devenus très accessibles, que ce soit en oncologie, pour des maladies neurodégénératives, en pédiatrie ou en médecine prénatale. C’est une révolution. Ces tests permettent d’orienter une chimiothérapie ou de poser un diagnostic. C’est ce que nous essayons de faire à Imagine lors de nos 35 à 40.000 consultations annuelles pour des enfants atteints de maladies génétiques. Nous arrivons aujourd’hui à faire des diagnostics dans 35 à 40 % des cas de retards mentaux ou d’autisme. Pour d’autres maladies, dans des cas de surdité par exemple, ce pourcentage atteint 90 %. C’est un énorme progrès car un diagnostic, c’est une délivrance pour les parents. Nommer, c’est déjà soigner.

Lire la suite de l’article ici…

Source : Article d’Agnès Leclair paru le 02/05/2018 (article réservé aux abonnés).

PMA