Le Figaro – Chantal Delsol : «Ensauvagement des jeunes, où sont les pères ?»

TRIBUNE – La mort d’un adolescent roué de coups par d’autres mineurs et l’affaire du lycéen braquant un pistolet à bille sur son professeur conduisent à s’interroger sur l’effacement des pères, analyse la philosophe.


La stupeur domine à voir un garçon de 13 ans tué à coups de barres de fer par des adolescents de son âge aux Lilas (Seine-Saint-Denis). On a le sentiment – le souvenir? – que «cela n’arrivait pas avant». Les rixes et les règlements de comptes existent dans toutes les zones urbaines, et certaines en sont coutumières. Mais un jeune ado, presque un enfant! Puis, on nous informait que, à Créteil, un lycéen a braqué un pistolet à bille sur son professeurafin d’être marqué présent pendant qu’un de ses camarades filmait la scène et la diffusait sur les réseaux sociaux…

L’enfant n’est pas le bon sauvage de Rousseau. Il attend son humanisation. Si on ne l’humanise pas d’une manière ou de l’autre il se hâte de demeurer au chaud dans la barbarie primitive. Ainsi, ce ne sont pas de mauvais enfants qui vont chercher la barre de fer pour assassiner le voisin de cité – ce sont des enfants qu’on a renoncé à humaniser. Ou pire encore, qu’on se refuse d’humaniser, par utopisme, par démagogie, par lâcheté d’adulte. (…)

Lire la suite ici

Source : 
http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2018/10/23/31003-20181023ARTFIG00235-chantal-delsol-ensauvagement-des-jeunes-o-sont-les-peres.php