Une idéologie pour une autre civilisation

  • Idéologie : « Système d’idées générales constituant un corps de doctrine philosophique et politique à la base d’un comportement individuel ou collectif : l’idéologie marxiste. l’idéologie nationaliste », Dictionnaire Larousse
  • Les Monty Pythons découvrent le « gender » en… 1979 :

En Judée, sous l’occupation romaine, des zélotes tiennent une réunion de cellule dans l’amphithéâtre : « Ce n’est pas une lutte contre l’oppression, c’est une lutte contre… la réalité. » 

  • Un résumé des positions de Judith Butler, philosophe féministe et théoricienne du genre

Le genre enseigné aux enfants

  • « Anatole se demande comment on fait les bébés »
  • Pastiche du Petit Nicolas : « On a eu éducation sexuelle »
  • Dans les lycées, l’idéologie du genre a été intégrée dès 2011 aux programmes de SVT de 1ère. Voir ici une synthèse des débats.
  • Cet enseignement est complété, pour tous les niveaux, par le dispositif « Ligne Azur » soutenu par le Ministère de l’Éducation nationale, qui a pour objectif de « sensibiliser les élèves et de leur procurer des outils d’aide et d’accompagnement contre le rejet de la différence et l’homophobie ».
  • Pour la rentrée 2013, le gouvernement s’est engagé à « s’appuyer sur la jeunesse pour faire évoluer les mentalités ». Une nouvelle étape prévoit donc une mise à jour des programmes d’éducation à la sexualité, du primaire au lycée. Ainsi, dès la 6ème, les enfants seront incités à se poser des questions sur leur orientation et leur identité sexuelle, en prenant connaissance de diverses orientations et pratiques sexuelles possibles ou bien en lisant des témoignages.
  • Le Ministre de l’Education Nationale, dans la circulaire de janvier 2013 destinée aux recteurs d’académie, les incite à la fermeté : « Je souhaite que vous accompagniez et favorisiez les interventions en milieu scolaire des associations qui luttent contre les préjugés homophobes (…). Je vous invite également à relayer avec la plus grande énergie, au début de l’année, la campagne de communication relative à la « ligne azur », ligne d’écoute pour les jeunes en questionnement à l’égard de leur orientation ou de leur identité sexuelle. »
  • Jules Ferry, Lettre aux instituteurs, circulaire  du 17 novembre 1883 :
« Si parfois vous étiez embarrassé pour savoir jusqu’où il vous est permis d’aller dans votre enseignement moral, voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir : avant de proposer à vos élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s’il se trouve, à votre connaissance, un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire ; sinon, parlez hardiment, car ce que vous allez communiquer à l’enfant, ce n’est pas votre propre sagesse, c’est la sagesse du genre humain, c’est une de ces idées d’ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l’humanité. »

Le genre imposé (administrations et entreprises)

Le « Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre», adopté par le Conseil des ministres du 3 octobre 2012, couvre un éventail très large d’actions, dans presque tous les domaines. Ce programme a nécessité depuis son annonce en septembre dernier de multiples réunions et une rencontre de la Ministre porte-parole avec pratiquement l’ensemble du gouvernement sur ce thème. L’Inter-LGBT, SOS homophobie, Id-Trans et la Fédération LGBT, qui représentaient 45 associations ou fédérations consultées dans le cadre de ce plan, sont plutôt satisfaites du résultat.

Quels fonctionnaires seront concernés ? Police, gendarmerie, magistrats, Éducation nationale, ministère de la Culture, Conseil Supérieur de l’audiovisuel, responsables des chaînes de télévision et de radios, fédérations sportives, centres aérés, universités, prisons, inspecteurs du travail, partenaires sociaux, infirmières, conseil de l’Ordre des médecins, jusqu’aux accompagnants de personnes âgées.

Que devront-ils faire ? Tous seront mobilisés dans des campagnes de communication, de formation, à travers des actions de sensibilisation, de prévention, et de répression. Ils seront chargés de « changer les représentations », et de « lutter contre les préjugés homophobes ».

Le texte intégral.

Synthèse avec quelques extraits du texte.

Changer les mots de force menace la démocratie

  • Le « novlangue » selon G. Orwell dans 1984 :

« Le novlangue était destiné, non à étendre, mais à diminuer le domaine de la pensée, et la réduction au minimum du choix des mots aidait indirectement à atteindre ce but. […] Les mots novlangues étaient divisés en trois classes distinctes […] Vocabulaire B. – Le vocabulaire B comprenait des mots formés pour des fins politiques, c’est-à-dire des mots qui, non seulement, dans tous les cas, avaient une signification politique, mais étaient destinés à imposer l’attitude mentale voulue à la personne qui les employait. […] Mais la fonction spéciale de certains mots novlangue comme ancipensée n’était pas tellement d’exprimer des idées que d’en détruire. On avait étendu le sens de ces mots, nécessairement peu nombreux, jusqu’à ce qu’ils embrassent des séries entières de mots qui, leur sens étant suffisamment rendu par un seul terme compréhensible, pouvaient alors être effacés et oubliés. […] D’innombrables mots comme : honneur, justice, moralité, internationalisme, démocratie, science, religion, avaient simplement cessé d’exister. Quelques mots-couvertures les englobaient et, en les englobant, les supprimaient. […] »

  • À la question du philosophe : « Le fondement du juste, c’est le rapport de force ? », le rapporteur de la loi au Sénat répond positivement.

 

« L’idéologie du genre » – La Manif Pour Tous

     Dès l’automne 2012, les opposants à la loi dite du «mariage pour tous », savaient bien que ce combat ne se limitait pas à refuser ponctuellement une loi inique. Les enjeux de toutes les manifestations allaient bien audelà, puisqu’il s’agissait de contester aussi la généralisation de la PMA, la légalisation de la GPA et l’effacement volontaire de la parité hommefemme. C’est ce dernier point que visait, de manière à la fois prémonitoire et humoristique, le slogan « On veut du sexe, pas du genre ».

En cette rentrée scolaire 2013, les préoccupations des manifestants de l’année écoulée sont confirmées par les faits : la déconstruction (ou destruction) des « stéréotypes de genre » fait son entrée dans les écoles primaires d’une dizaine d’académies ainsi qu’au sein des activités périscolaires de toutes les écoles de France. Cette déconstruction se profile même dans les crèches municipales de plusieurs villes, dont Paris. La rentrée 2013 n’est donc pas une rentrée comme les autres : elle est celle du « genre » pour les petites classes, celle d’une entreprise très nouvelle et très ambitieuse de conditionnement (ou de rééducation) des jeunes enfants.

On parle donc beaucoup du « genre », soit pour s’en réjouir, soit avec indifférence, soit pour sonner l’alarme. Mais de quoi parle-t-on exactement ? La présente note permet de mieux comprendre les significations et l’histoire de la notion de « genre », de ne plus confondre les « études de genre » avec l’« idéologie du genre » et de mesurer en toute rigueur les dangers liés à cette dernière.

LIRE CET OUVRAGE EN CLIQUANT ICI :
LMPT-L-ideologie-du-genre

gender