Communiqué – Les Français et la parentalité : une opinion claire ! (Sondage IFOP – février 2019)

Tous nés d’un père et d’une mère

 

Paris, le 4 avril 2019

– COMMUNIQUÉ DE PRESSE –

Sondage IFOP auprès d’un échantillon de 1012 personnes réalisé en février 2019

Les Français et la parentalité : une opinion claire !

 

« Père/Mère » ou « Parent 1/Parent 2 », différence et complémentarité du rôle du père et de la mère, encadrement de l’accès à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) : les Français ont une opinion claire et nette sur l’ensemble de ces questions d’actualité. 

Alors qu’une journée de mobilisation est organisée aujourd’hui pour s’opposer au projet de loi Blanquer sur l’école, un sondage Ifop revient sur l’une des mesures qui avaient fait couler beaucoup d’encre lors de la 1ère lecture à l’Assemblée nationale : la suppression des termes « père » et « mère » sur les formulaire et leur remplacement par « Parent 1 » et « Parent 2 ». L’opinion des Français est claire : 66% d’entre eux se déclarent opposés à cette mesure dont la suppression devrait être soutenue par le gouvernement.

En matière d’éducation des enfants, plus des trois-quarts des Français (77%) estiment que les pères et les mères ont des rôles différents et complémentaires l’un de l’autre. Si le résultat est parfaitement identique parmi les sympathisants de La République en marche (LREM), il est encore plus élevé chez les personnes titulaires d’un diplôme supérieur (83%) ou affichant une sympathie politique pour la droite (87%).

Cette affirmation de la différence et de la complémentarité entre le père et la mère pour l’éducation des enfants se traduit logiquement sur la question de l’accès à la PMA (Procréation Médicalement Assistée). 82% des Français estiment que les enfants nés par PMA ont le droit d’avoir un père et une mère. La question a été posé en ayant pris soin au préalable de la contextualiser en précisant : « La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé qu’une éventuelle modification des conditions d’accès à la PMA (procréation médicalement assistée) serait débattue au Parlement après les élections européennes, notamment pour les couples de femmes et les femmes célibataires ». C’est donc dans ce contexte précis que les Français ont répondu à cette question. Il est important de souligner que ce résultat est particulièrement homogène quels que soient l’âge, le sexe, la profession, la région ou la proximité politique. Il témoigne de facto d’une opposition claire à la PMA sans père. Cohérent avec les Etats généraux de la bioéthique, ce résultat est stable par rapport à la précédente enquête réalisée en septembre 2018.

Pour rappel, Emmanuel Macron a toujours conditionné l’ouverture d’un débat parlementaire sur la PMA sans père à l’existence d’un large consensus en précisant qu’il ne passerait jamais en force. Il avait notamment déclaré dans une interview à Têtu lors de la campagne de l’élection présidentielle : « Si un tel débat aboutit favorablement, je légaliserai la PMA, mais je ne le porterai pas comme un combat identitaire » (24 avril 2017). Il a d’ailleurs lui-même reconnu l’absence de consensus sur cette question lors du débat organisé il y a quelques jours à l’Elysée avec des intellectuels.

 

 


Contact presse : l.preault@lamanifpourtous.fr  – Tel : +33 (0)6 62 14 24 41

www.lamanifpourtous.fr  –  twitter.com/LaManifPourTous  –  facebook.com/LaManifPourTous