D’après les documents disponibles sur le site officiel des états généraux de la bioéthique, 71 auditions ont porté sur le thème « procréation et société » sur un total de 152.

Les sujets de cette thématique sont nombreux : gamètes (anonymat, gratuité, double-don), auto-conservation ovocytaire, PMA (pour les femme seules et les couples de femmes, post- mortem, après la ménopause), gestation pour autrui. Les intervenants ont abordé selon les cas un à plusieurs sujets.

Ont été auditionnés :

  • 50 associations de taille très variable
  • 10 sociétés savantes
  • Les auteurs de 2 rapports
  • 6 courants de pensée religieux ou philosophique
  • 2 institutions (Académie de médecine et Haut conseil à l’égalité)
  • 1 mutuelle (MGEN)

En ce qui concerne la PMA et la GPA :

  • 21 ont exprimé leur opposition à l’évolution de la PMA et à la GPA
  • 4 ont exprimé leur opposition à la GPA
  • 9 ont exprimé leur souhait d’une évolution de la PMA et leur position favorable à la GPA
  • 3 ont exprimé leur position favorable à l’évolution de la PMA et leur souhait d’une reconnaissance systématique des parents d’intention dans le cadre d’une GPA
  • 21 ont exprimé leur position favorable à l’évolution de la PMA
  • 2 se sont exprimés en faveur de la GPA mais n’ont pas indiqué leur position sur l’évolution de la PMA
  • 2 ne se sont pas exprimées sur la PMA et la GPA
  • 3 contributions sont manquantes sur le site du CCNE comme sur le site de l’organisme

 

Net dissensus sur la PMA et la GPA

Dans son communiqué de presse du 3 mai 2018, le CCNE déclarait que « tous pris ensemble, les groupes auditionnés sont le reflet de l’avis de plusieurs millions de personnes ».

Nous constatons, parmi tous ces groupes, un net dissensus sur la PMA et sur la GPA.

En l’occurrence, les organismes favorables au statu quo sur la PMA sont généralement des associations de taille importante, voire très importante (l’UNAF représente 7.000 associations familiales et compte plus de 700.000 familles adhérentes) et les représentants des religions catholique, protestante, évangélique, judaïque, musulmane.

Les organismes favorables à l’évolution de la PMA sont des associations de taille modeste, voire très modeste (Ici Mama Solos, qui compte 242 abonnés sur sa page FaceBook, n’est pas une association déclarée ; l’association Réseau Fertilité France, dont la création est parue au JO du 24 février 2018, a un site internet tout neuf), la plupart des sociétés savantes et le courant philosophique franc-maçon.

Sur les deux institutions auditionnées, l’Académie de médecine a fait part de son opposition à l’évolution de la PMA, au contraire du Haut conseil à l’égalité.

 

<< Revenir au chapitre 5 – Les débats-citoyens

Revenir à la page d’accueil du Bilan des Etats Généraux de la Bioéthique

Aller au chapitre 7 – Annexes >>

 

Le document :