Les arguments des opposants à l’évolution de la PMA portent sur le sens de cette pratique, sur ses conséquences individuelles et collectives et sur les risques pour l’avenir.
Ils l’assimilent à une « dérégulation de l’anthropologie » et insistent sur l’impératif d’un principe de précaution pour ce qui concerne la procréation et la filiation humaine.

De leur côté, les partisans de la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes insistent beaucoup sur leur désir d’enfant, sur l’égalité et sur les « droits à ».

Ils considèrent que le fait d’avoir un père et une mère n’a pas d’importance : le ou les parents sont ceux qui aiment l’enfant.

Les difficultés et conséquences évoqués par les opposants à l’évolution de la PMA ne sont en revanche pas du tout abordées : la pénurie de sperme, l’éventuelle marchandisation des gamètes, la GPA, l’eugénisme, l’écologie par exemple.

Les partisans de l’évolution de la PMA ne s’expriment pas non plus sur l’éventuelle levée de l’anonymat du don de gamètes.

 

<< Revenir au chapitre 1 – Position des participants à la consultation en ligne

Revenir à la page d’accueil du Bilan des Etats Généraux de la Bioéthique

Aller au chapitre 3 – Cartographie argumentaire sur l’évolution de la GPA >>

 

Le document :