Une semaine de mobilisation historique

Depuis le vote à main levée de la loi « mariage pour tous » au Sénat et l’accélération sans sommation du calendrier parlementaire, les opposants manifestent tous les jours.

 

A l’appel de La Manif Pour Tous, des milliers de manifestants se retrouvent quotidiennement, chaque soir plus nombreux depuis mardi 16, pour marcher vers l’Assemblée Nationale. Ils entendent ainsi exprimer leur opposition déterminée à la négation d’un lien de parenté biologique pour les enfants à naître.

Mardi 16 avril, une manifestation a également eu lieu à Versailles, où les forces de police ont cherché à provoquer des dérapages. Le soir même, à Paris, des jeunes gens revendiquant leur « non-violence » et trois députés ont pour leur part été violemment évacués de l’esplanade des Invalides, où ils veillaient à la lueur de bougies.

Le lendemain, mercredi 17 avril, la manifestation près de l’Assemblée Nationale a réuni encore plus de monde, environ 8000 personnes, dans une ambiance toujours aussi pacifique. Les volontaires chargés de la sécurité sont même restés sur place après la dispersion pour s’interposer entre des éléments perturbateurs infiltrés et les CRS.

Pendant ce temps, les pouvoirs publics, au premier rang desquels le président de la République lui-même, ne cessent de faire le jeu d’un grossier amalgame entre ces foules de Français pacifiques bien qu’exaspérés, et une poignée d’extrémistes isolés publiquement condamnés par La Manif Pour Tous. Résultat : les forces de l’ordre semblent avoir pour consigne de traiter les uns comme ils devraient traiter les autres. Et la colère monte…

Face à des Français très majoritairement hostiles au mariage et à l’adoption par deux personnes de même sexe, à la PMA et à la GPA, qui consisteraient à créer un inacceptable « droit à l’enfant », l’exécutif fait la sourde oreille et parie que le mouvement va dégénérer ou s’essouffler.

Nous irons encore crier notre colère tous les soirs de cette semaine devant l’Assemblée Nationale. Et nous lui prouverons une nouvelle fois dimanche à Paris que nous ne lâcherons RIEN, JAMAIS, malgré toute sa mauvaise foi et sa violence. Rendez-vous est donné à 14h30 place Denfert-Rochereau !