Michel Onfray – Le diable est dans les détails

Marc-Olivier Fogiel est bien calé dans le fauteuil de l’émission de Laurent Ruquier: « On n’est pas couchés ». Il défend son livre intitulé « Qu’est-ce qu’elle a ma famille? ». Pour qui manquerait de lettres, ce titre semble renvoyer à feu Johnny Hallyday et à sa chanson « Qu’est-ce qu’elle a ma gueule? ». D’aucuns effectuent subtilement un clin d’œil à un vers de Victor Hugo ou à une expression de Chateaubriand pour choisir un titre de livre. « Marco », comme il est appelé par Laurent Ruquier, a choisi son registre: son livre est placé sous le signe d’une chanson de variété.

   Il a également élu son registre sur le fond: c’est un discours particulier qui se présente, sans en avoir l’air, comme une histoire universelle. Du genre: j’ai vécu ceci, donc quiconque aurait à le vivre le vivrait comme cela. Ce récit autobiographique laisse entendre que l’impétrant qui connait cette expérience de la Gestation pour autrui (GPA) l’expérimente sous ces auspices roses et parfumés, remplis de petits oiseaux et de paillettes. Or, c’est une carte postale.

   Marco et son mari ont en effet eu recours à une mère porteuse qu’il refusent de nommer ainsi pour lui préférer un vocable qui évacue la mère: il s’agirait bien plutôt d’une femme porteuse… Cette préférence sémantique s’avère une préférence idéologique: la femme qui loue son utérus ne saurait être une mère, elle est une femme! Car la mère, ce seraient ici les deux pères…

 L’ARGENT : LOUER UN UTÉRUS (…)

Lire la suite ici

Source :
https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/le-diable-est-dans-les-details-le-texte-