Manipulations au nom de l’amour

Avant Noël, l’association Urgence Homophobie a diffusé le clip du titre De l’amour, réalisé avec la collaboration de nombreuses personnalités ; il dénonce les violences homophobes, qui seraient en augmentation*. La Manif pour tous condamne avec la même fermeté qu’Urgence Homophobie toutes les violences qui peuvent être faites aux LGBTQI+. Mais elle dénonce les fausses vérités véhiculées par son clip.

Manipulation n°1 : Comme les protagonistes du clip se revendiquent « de l’amour », leurs opposants seraient du côté « de la haine ».

Leur seul ennemi déclaré et désigné dans le clip est la Manif pour tous : panneaux roses, manifestants au look « classico-coincé » ; l’on imagine très bien que c’est comme ça qu’Urgence Homophobie la voit (à partir d’1 :28). Mais les regards haineux que le réalisateur du clip met sur sa vision des sympathisants de la Manif pour tous ne sont pas les siens. « Comme nous le rappelons depuis 2012 lors de tous nos événements et dans tous nos communiqués de presse de manière explicite, la Manif pour tous combat toutes formes d’homophobie. De fait, il est inacceptable de manquer de respect à une personne au prétexte de son orientation sexuelle », souligne Ludovine de La Rochère. Si la Manif pour tous combat l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femme et si elle combattra la GPA c’est uniquement au nom de l’enfant, notamment parce que ces manipulations médicales le sépareraient de la filiation biologique indispensable à sa construction et contribueraient à la marchandisation du corps de la femme. La Manif pour tous n’éprouve aucune haine. À bon entendeur.

Manipulation n°2 : Les protagonistes du clip sont victimes de la haine, et la Manif pour tous serait responsable.

Les violences crûment montrées dans le clip font frémir : une femme trans se fait cracher dessus et un homosexuel se fait tabasser (visage ensanglanté et tuméfié). En associant la Manif pour tous, seul ennemi déclaré donc, à ces violences, le clip laisse à penser qu’il y a un lien entre ces atrocités et les sympathisants de la Manif pour tous. Le président de l’association d’Urgence homophobie le confiait d’ailleurs dans le magazine Têtu : « Ce mouvement a sa part de responsabilité dans les actes homophobes. […] C’était important de les montrer pour les dénoncer. » Or c’est faux ! Jamais la Manif pour tous n’a incité ou poussé à la haine. En novembre dernier, L’Express a consacré un dossier à l’identité des coupables d’agressions homophobes et pointe notamment « un homme jeune, sous l’emprise de drogue ou d’alcool, qui ne connaît pas sa victime et agit en groupe » ou encore des « garçons d’origine maghrébine ou africaine [qui] ont baigné dans une culture homophobe liée à l’éducation de leurs parents ou à la religion musulmane ».

Manipulation n°3 : La Manif pour tous étant « de la haine », elle devrait être écartée des débats.

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. L’idée que fait passer implicitement ce clip, c’est que comme la Manif pour tous est un concentré d’extrémistes voulant agresser les LGBTQI+, sa voix est à bannir, en accord avec l’adage « pas de démocratie pour les ennemis de la démocratie, pas de liberté pour les ennemis de la liberté ». Habile manipulation de l’opinion qui stigmatise toute opposition en la réduisant à ce qu’elle n’est pas : la haine. Le parti-pris de certains parlementaires transformant une audition en procès (audition de La Manif pour tous à l’Assemblée nationale en octobre dernier) illustre assez bien ceci. Dans ce contexte de « pressurisation » mentale, que devient la liberté de penser en individu libre et autonome ? La radicalisation du message victimaire d’Urgence Homophobie nous montre son impatience à agir dans un contexte 2019 où beaucoup de sujets seront abordés. Contrairement aux méthodes de ses détracteurs, la Manif pour tous espère pouvoir continuer à s’exprimer hors de tout amalgame « nauséeux ». C’est, en ce début 2019, ce qu’elle appelle de ses vœux.

SC
*+ 15 % sur les 9 premiers mois de 2018, par rapport à 2017 (chiffre cité par une des auteurs de l’article de L’Express, op. cit.).


À retenir !

  •  Vouloir protéger la filiation et le corps humain n’induit en aucune façon la haine de qui que ce soit.

 

  •  De la définition de l’amour : En dénonçant une haine fantasmée de la Manif pour tous et en s’enfermant ainsi dans un narcissisme victimaire, Urgence Homophobie nous dit simplement que l’amour qu’elle prétend défendre n’est pas assez fort pour « aller vers » l’autre. C’est un amour replié sur son propre désir de régenter les consciences, qui non seulement confisque toute possibilité de débat de fond au sein même de sa communauté, mais aussi avec les autres. Or l’amour avec un grand A est forcément altruiste. La Manif pour tous est quant à elle ouverte au dialogue.