EN ROSE ET BLEU (N°8) – CHRONIQUE DE LUDOVINE «Nuit Debout, un mouvement sous perfusion médiatique»

De nombreux médias rivalisent d’originalité en déversant aux Français, jour après jour, les mêmes « informations » sur la désormais fameuse « Nuit Debout ».

Ainsi, le journal Le Monde, dont l’enthousiasme ne faiblit pas depuis le début du mouvement, titrait le 6 avril : « L’histoire de Nuit Debout, un ovni politique ». On se demande en quoi Nuit Debout serait un ovni politique puisque, au dire même du Monde et de nombreux médias, le mouvement s’inspire clairement de son « grand frère » Les Indignés et autres mouvements similaires. Le sociologue Albert Ogien souligne d’ailleurs que « cette forme d’action politique (…) est devenue une forme reconnue, désormais utilisée comme la grève, la manifestation, le sit-in, l’émeute… »

La « spontanéité » et l’« éclectisme » caractériseraient aussi Nuit Debout, ce que dément pourtant l’existence d’un comité de pilotage et d’un comité organisateur – dénommé « convergence des luttes » – ou encore la commission « communication », dont l’efficacité n’est plus à démontrer !

Certes, officiellement le mouvement n’a pas de leader et refuse la récupération partisane. On note cependant que François Ruffin, initiateur du mouvement avec quelques autres, est publiquement intervenu plusieurs fois, depuis le 31 mars, pour faire revenir les (interminables) débats aux enjeux qui l’intéressent, le projet de loi travail et le capitalisme…

Mais surtout, bien loin de la diversité des opinions vantée ce jeudi 14 avril par Le Monde, l’idéologie du mouvement est une caricature de la bien-pensance actuelle : ainsi, aujourd’hui, comme hier et demain, se tient par exemple la commission « LGBT ». On peut d’ailleurs regretter que la volonté publiquement affichée des LGBT de faire de l’entrisme n’ait pas été dénoncée par le mouvement qui se dit pourtant farouchement indépendant !

Ladite commission LGBT ne réunit d’ailleurs que quelques personnes. Normal, puisque, contrairement à ce que pensent François Hollande et ses sbires, la LGBT est très loin de représenter l’ensemble des personnes homosexuelles en France, et encore plus loin pour ce qui est de porter les préoccupations réelles des Français !

Par ailleurs, Nuit Debout, dont plusieurs fondateurs sont des militants d’extrême-gauche, est soutenue par ATTAC et aidée par Droit au logement (DAL) et SUD… Quant aux revendications adoptées, elles vont du « salaire à vie » à la « destruction globale de l’économie capitaliste » en passant par une « meilleure reconnaissance de la communauté LGBT » (elle manque de reconnaissance !?) et le « plein emploi » (qui serait contre !?)…

Ce sont donc ces revendications, originales à souhait, qui passionnent nombre de médias ! De fait, certains journalistes rêvent encore du Grand soir, d’où leur publicité massive et permanente pour le mouvement et ce, en dépit des violences et saccages commis à plusieurs reprises.

Autant dire qu’au regard de l’intense mobilisation médiatique présente à son chevet, le mouvement est bien faiblard. Il y a même fort à parier qu’il ne doit sa survie qu’à la perfusion permanente apportée par les médias.

Pendant ce temps, Veilleurs et Sentinelles continuent de se rassembler partout en France, y compris place Vendôme, pour l’enfant et sa famille. La détermination, le calme et la responsabilité : voilà d’où vient la force du mouvement initié par La Manif Pour Tous. A cela s’ajoute la générosité : dans ce combat, nul ne défend ses propres intérêts, mais ceux des générations à venir. Si le mouvement social est devenu incontournable, c’est bien parce que le mariage homme-femme et la filiation père-mère-enfant sont le socle de la société. La famille, carrefour de la différence des sexes et de la différence des générations, mais aussi lieu d’accueil, d’éducation, de dignité et de solidarité, est irremplaçable !