En rose et bleu (n°5) – La Chronique de Ludovine

A l’horizon, des lueurs…

 

Trois faits ont récemment marqué l’actualité de la gestation par autrui (GPA). Ils révèlent que les mentalités évoluent, et dans le bon sens.

Le premier a eu lieu le 17 décembre dernier au Parlement européen à Strasbourg. Les parlementaires ont adopté le rapport annuel sur les droits de l’Homme et la démocratie dans le monde, présenté par l’eurodéputé roumain Cristian Dan Preda (groupe PPE). Il condamne à une large majorité et de manière explicite, la pratique des mères porteuses ET il prend bien en compte toutes les formes de GPA, prétendument gratuite ou payante. Le Parlement européen considère que le recours à une mère porteuse est contraire aux droits de l’Homme et acte donc la nécessite de l’interdire urgemment.

C’est un événement très important. C‘est la première fois qu’une organisation internationale émet un avis sur la GPA et la condamne.

Le deuxième fait sont les Assises pour l’abolition de la maternité de substitution organisées le 2 février dernier par le Collectif Pour le Respect de la Personne (CoRP), présidé par Sylviane Agacinski. Des acteurs du monde entier engagés dans le combat contre les mères porteuses ont témoigné. Plusieurs femmes et hommes politiques ont signé une « charte pour l’abolition universelle de la maternité de substitution », dont Elisabeth Guigou qui préside la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, Marie-Georges Buffet, Benoit Hamon et José Bové.

C’est également un précédent. Tous ces signataires sont classés à gauche sur l’échiquier politique. Et ils ne manquent pas de rappeler au Premier ministre l’engagement qu’il avait pris en octobre 2014, au nom du Président de la République comme de son gouvernement, d’agir contre la GPA.

Du côté de la droite, tous les partis – PCD, DLF, FN et LR – ont exprimé leur ferme opposition à la GPA et leur volonté d’agir s’ils dirigent la France demain (avec moins d’hypocrisie et plus d’efficacité que Manuel Valls, espérons-le !)

Ainsi en France, les positions se clarifient ; il reste désormais aux partis EELV, PC et PS à condamner officiellement la GPA, une partie de leurs leaders y étant déjà opposés.

Le troisième fait est la mise en sommeil de la revendication d’une GPA prétendument « éthique ». Ses promoteurs, notamment en France, n’osent plus utiliser, aujourd’hui, cet axiome. Car il apparaît bien qu’il y a quelque chose de « pourri » au royaume « merveilleux de la GPA ». Peut-être la prise de conscience individuelle et collective que, comme la prostitution, la GPA est une pratique injustifiable, qui s’apparente à l’esclavage.

Ainsi, les choses bougent, des lueurs apparaissent, des hommes et des femmes évoluent sur la question, des voix nouvelles s’élèvent, des précédents surgissent. C’est encourageant. Sur la GPA, ne lâchons rien non plus, et d’autant plus que le danger guette malgré tout, notamment, en ce moment-même, au Conseil de l’Europe !

La Manif Pour Tous avec ses partenaires, en particulier Europe for Family et No Maternity Traffic, poursuit sans relâche son action afin de parvenir à une Convention internationale d’interdiction de la GPA, seul moyen efficace de mettre fin à l’exploitation de femmes, au trafic d’enfants et, par conséquent, de protéger la dignité de l’être humain. Il est fort probable, aussi, que la France ait à dénoncer la convention qui la lie à la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), projet que l’on trouve dans les programmes de plusieurs candidats des prochaines échéances électorales françaises…