En rose et bleu – Chronique de Ludovine « Les habits trop grands de Président de la République »

 

Le retour au réel aura été finalement brutal : le Président de la République le plus impopulaire de la Vème République ne se représentera pas à l’élection présidentielle pour un deuxième mandat.

François Hollande paye le prix fort de sa posture fondée sur l’arrogance, la mystification et l’inaptitude. Conséquence : le lien entre le Président et le peuple français s’est rompu dès les premiers mois de son quinquennat.

Le futur ex-Président de la République a été arrogant vis-à-vis de toutes les catégories de la population, à commencer par les familles. Dix-huit millions de foyers ont été touchés par ses réformes fiscales et sociales. Il a réussi à tous les appauvrir et, pour la première fois depuis vingt ans, à faire baisser la natalité au point d’être loin du seuil de renouvellement des générations.

Les Français ont la mémoire plus longue que ne le pensent les responsables politiques. Bien au-delà du clivage gauche-droite, François Hollande a été perçu comme un président diviseur. Sa méthode alliant mépris et silence face à ses opposants a choqué les consciences. Son passage en force lors des débats sur la loi Taubira, tandis que des millions de Français demandaient des états généraux de la famille pour évaluer le sens et les conséquences de ce projet, débattre et approuver, ou non, « une réforme de civilisation », a largement contribué à son impopularité profonde et durable.

L’allocution du président de la République annonçant sa non-candidature illustre la deuxième facette de sa posture : la mystification. Il déclarait dans son discours avoir réussi à protéger le modèle social français, l’école, la justice, les déficits, etc. Pense-t-il vraiment que sa destruction pierre à pierre de la politique familiale française aura protégé ce modèle social ?

Que dire devant un tel déni face à la réalité, aux chiffres qui trahissent une situation alarmante de notre société et des liens qui la constituent ? Que dire face à l’absence de décisions et de réformes réelles pendant quatre ans ? Ses mots sensés prouver la réussite de son mandat tournent comme une ritournelle, mais cette dernière ne convint pas. Les Français savent ce qu’est la réalité. La mystification opère moins que jamais.

François Hollande n’a jamais endossé les habits de chef de l’Etat. Nul ne conteste que cela soit difficile, que cela ne se fait pas du jour au lendemain. Mais au bout de quatre années, il n’existe pas une fonction d’un tel niveau, qui n’aurait amené son responsable à changer sa manière d’exercer son pouvoir si la sienne avait échoué.

Je mets directement en lien l’incapacité de François Hollande à être un authentique Président de la République avec son absence d’anthropologie, de racine, de culture – sa seule passion, hormis la politique politicienne, est le football. Cela a été doublé d’une légèreté folle dans son comportement privé, en totale contradiction avec sa prétention à respecter la femme.

Il n’a jamais su incarner le rôle qui devait être le sien, et ne l’aura jamais, comme le montrent les propos qu’il tient dans le livre d’entretien Un président ne devrait pas dire ça… paru il y a quelques semaines.

Arrogance, mystification, inaptitude font beaucoup pour un homme censé incarner la France, la conduire. C’était trop.

Maintenant laissons l’Histoire le juger. En attendant, les Français attendent du prochain Président de la République qu’il soit à la hauteur de la fonction et des enjeux intérieurs et extérieurs.

Ludovine de La Rochère
Présidente de La Manif Pour Tous
Auteur de « Familles je vous aime »