Albéric Dumont sur BFM TV face à Caroline Mecary – 08/03/2019

 

Vendredi 8 mars 2019, date de la Journée internationale des Droits de la Femme, Albéric Dumont, Vice-Président de La Manif Pour Tous était l’invité de l’émission BFM Story. Face à lui, l’avocate militante de la pratique des mères porteuses, Caroline Mécary.

Une occasion pour le mouvement de rappeler l’opposition à l’extension de la PMA exprimée par environ 80% des participants à la consultation nationale et publique, prévue par la loi : les Etats Généraux de la bioéthique 2018.

Les échanges ont également mis au jour un fait souvent inconnu ou écarté par les promoteurs de la PMA sans Père, c’est-à-dire la procréation médicalement assistée pour les femmes seules et les couples de femmes : fécondes a priori, elles ont besoin, pour concevoir un enfant, d’un donneur de sperme. Or ils ne sont que 287 donneurs en France pour une population de 67 millions d’habitants, ce qui signifie déjà une forte pénurie pour les 3,9% de couples souffrant d’une pathologie de la fertilité nécessitant une PMA avec don de gamètes masculins.

Or, si le gouvernement faisait le choix d’étendre cette pratique au-delà de ces seuls couples, la France serait alors dans l’obligation de se fournir auprès de pays rémunérant les hommes : en effet, 100% des femmes seules et des couples de femmes recourant à la PMA auraient besoin d’un apport de sperme. La France ferait donc comme la Belgique, par exemple, qui a ouvert la PMA sans père et achète désormais des gamètes aux pays qui payent les hommes, tel le Danemark.

La France entrerait ainsi sur le marché de la commercialisation de l’être humain. Le pays des droits de l’Homme peut-il accepter une telle déshumanisation ?